top

Faux King Kong
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> King Kong
Auteur Message
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 26/09/2008, 16:39    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Apparemment, il ne faut trop en attendre, car selon les premières critiques (-> ICI !), il est merdique, même avec Daimajin qui y joue les guest-star... Confused
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 26/09/2008, 23:29    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Pour l'avant dernier sujet de ce topic sur les faux King Kong (et oui déjà, je sais c'est dur) je vais vous parler de KING OF KONG ISLAND qui recèle bien quelques gorilles mais de taille tout à fait modeste en regard de ce que le film pourrait laisser suposer. Le visuel du matériel publicitaire américain entretien d'ailleurs le doute en affichant un gigantesque gorille écrasant une fusée dans sa main. Plus connu en France sous le titre Jungle 2000.



JUNGLE 2000
(EVA, LA VENERE SELVAGGIA)
Italie, 1967. Réal: Robert Morris (Roberto Mauri). Avec Brad Harris, Esmeralda Barres, Ursula Davis, Mark Laurence, Adriana Alben, Mark Farran. Three Stars Films. Couleur.
Sortie chez nous en 1968 sous le titre Eve, Venus Sauvage, puis en juin 1971 sous celui de Eva, la Vierge Sauvage et redistribué par Eurogroup Films au début des années 80 sous son titre actuel, Jungle 2000 surfe sur la vague des films de jungle italiens si prisés dans les années 65-70. Luana, Jungla, Gungala, Tarzana...Filles d'aventuriers abandonnées ou survivantes d'un crash d'avion, les déesses de la jungle pullulaient en ces temps où l'érotisme commençait à envahir les écrans.

Quelque part en Afrique, parti à la recherche du savant fou Albert, un ancien Nazi qui téléguide à partir de son laboratoire des gorilles au cerveau trafiqué, Burt Dawson, un mercenaire, prend part à l'expédition qu'organise son amie Diana. Celle-ci espère découvrir la trace des singes sacrés, qui selon une légende indigène vivent dans un territoire tabou qui porte malheur à tous ceux qui osent y pénétrer. Une nuit, Diana est enlevé par un des gorilles d'Albert. En essayant de la retrouver, Burt rencontre Eva, la "Guenon Blanche", une sauvageonne devenue la déesse des singes sacrés et qui commande à tous les animaux de la jungle. Ensemble ils partent à l'assaut de la grotte aux gorilles. Au cours d'un affrontement dans le repère du dr. Albert, Burt détruit la machine qui contrôlait les gorilles et ceux-ci se retournent contre leur maître. Burt et Diana repartent vers la civilisation, laissant derrière eux Eva, la déesse des singes.

Tout ceci n'offre qu'un très lointain rapport avec King Kong me direz-vous mais voilà, le film est sorti aux Etats Unis sous le titre Eve the Wild Woman, rapidement retitré pour devenir KING OF KONG ISLAND. Et l'Afrique de devenir une île... Sur certains résumés des vhs américaines sorties dans les années 90 les gorilles seraient des descendants de King Kong alors qu'il n'en est jamais fait mention dans le film, même en version américaine.







Le bonus du jour : l'affiche belge de Zamba de William Berke, 1949 qui fait mention d'un King Kong.


Prochain et dernier sujet : les 2 King Kong indiens produits dans les années 60 avec le dossier le plus complet jamais réalisé sur ces 2 incunables. Ca va faire mal !
Revenir en haut
Titou.65
Brontosaure

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2007
Messages: 476
Localisation: Hautes Pyrénées
Point(s): 475
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 26/09/2008, 23:35    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

J'ai hate ........
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 03/10/2008, 23:45    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Et bien voilà ça y est, nous y sommes, c’est la fin ! Crying or Very sad

Mais réjouissez vous car voici deux mégas raretés dont personne ne sait quasiment rien et qui n’auront bientôt plus de secrets pour vous. Very Happy

King Kong (1962) et Tarzan and King Kong (1965) sont deux productions indiennes qui ont longtemps entretenue le doute quand à leur contenu réel. Vous en avez peut-être entendu parler au détour d’un article consacré à King Kong mais dans tous les cas, mis à part une très maigre fiche technique (au mieux), pas d’autres renseignement à se mettre sous la dent. Pas une photo, une affiche ou même un résumé. Rien. Nada. Queud’chi ! Sad

Et pour cause !

Ces deux films ont été réalisés sans l’aval des propriétaires des droits concernant King Kong et Tarzan. La RKO et les héritiers de Edgar Rice Burroughs étant particulièrement pointilleux sur ce point, il ne fait aucun doute que ces deux productions auraient fait l’objet de poursuites en justice si elles étaient sorties du territoire indien (cependant, Francis Lacassin, dans son excellent livre « La Légende de Tarzan » paru chez Dreamland, précise que Tarzan and King Kong aurait été diffusé dans le Tiers-Monde, en particulier au Nigeria avant son interdiction). Le reste du monde n’en à donc pas profité pendant plus de 40 ans, si bien que les spéculations allaient bon train pour savoir si vraiment il y avait un gorille géant dans ces deux incunables. Autant vous le dire tout de suite : la réponse est non !

La raison en est toute simple : King Kong était en fait le nom d’un célèbre lutteur/catcheur des années 50 qui a fait une bonne partie de sa carrière en Inde, où cette discipline était un véritable sport national à cette époque. De son vrai nom Emile Czaja, King Kong appelé aussi « l’homme montagne » est originaire d’Europe de l’Est et à commencé sa carrière en 1937 jusqu‘en 1956. Mesurant 1 m 83 pour près de 200 kg il était l’un des catcheurs les plus populaires en Inde et dans les pays voisins dans les années 40/50. Comme beaucoup de ses confrères il fit des apparitions dans les films de Bollywood où on lui confiait souvent des rôles de brutes. Shocked



Sur l’écran il affronta régulièrement un de ses plus récurrent adversaire du ring, le très charismatique et immensément populaire Dara Singh, qui joue lui aussi dans ces deux films mais à qui on offrait en général le premier rôle, celui du valeureux héros, du fait de son physique plus avenant. Wink

Dara Singh, né en 1928 dans un village du Penjab, commença sa carrière en 1951 en tant que lutteur local puis connu rapidement la célébrité en remportant de nombreux combats ainsi que plusieurs titres mondiaux jusqu’en 1968. Dès l’age de 25 ans il remporta la victoire sur l’imposant King Kong et lui cassa même une jambe au cour du combat. Les deux hommes s’affrontaient sur le ring puis ils s’affrontèrent ensuite à l’écran. Dara Singh, parallèlement à sa carrière de catcheur se tourna vers le cinéma où il endossera tour à tour les casquettes d’acteur, réalisateur et producteur avec plus de 100 films à son actif. Il incarnera notamment Tarzan, Hercule, Samson, Ali Baba et le voleur de Bagdad. Son rôle le plus important à ce jour est celui de Lord Hanuman (la divinité indienne incarnant la force et représentée sous les traits d’un singe) dans la série télévisée « Mahabharata », un véritable blockbuster des années 90.

A l’heure actuelle, Dara Singh poursuit sa carrière de producteur en Inde. Emile « King Kong » Czaja est mort dans un accident de voiture en 1970 en se rendant à un match à Singapour. *skull*

KING KONG
Inde, 1962. Réal: Babubhai Mistri. Avec Dara Singh, Kum Kum, Uma Dutt, Sheela Kashmiri, Leela Mishra, Chandrashekhar, Kamal Mehra. Santosh et King Kong. N/B.


"King Kong" est un titre princier que le roi Hingoo décerne à l'homme le plus fort du royaume. Le champion en titre (Emile « King Kong » Czaja dans son propre rôle donc) découvre un jour un homme mystérieux (Dara Singh) vivant dans la forêt et qui pourrait bien être son plus sérieux adversaire. En effet peu après, grâce à sa force surhumaine, ce dernier sauve une jeune villageoise (Kum Kum) des griffes d’un dinosaure. Alerté le roi se rend sur les lieux pour récompenser le valeureux jeune homme qui prétend s’appeler King Kong. Le tenant du titre ne l’entend pas de cette oreille et réclame un combat pour pouvoir conserver son poste à la cour. Une lutte féroce s’engage alors entre les deux hommes à l’issue de laquelle le plus jeune sort victorieux et se voit donc décerné le fameux titre par le roi qui désire du même coup lui offrir sa fille la princesse en mariage. Mais le nouveaux King Kong n’est pas pressé de vivre oisivement au palais, d’autant plus qu’il est tombé amoureux de la jolie jeune fille qu’il a secouru auparavant et préfère dans un premier temps rentrer chez lui pour raconter ses aventures à sa mère.





Celle-ci, au lieu de se réjouir, est presque choquée de la nouvelle. Elle lui explique qu’il est en fait le fils de l’ancien champion destitué. Il fait partie d’une longue lignée d’hommes exceptionnels, l’amulette brisée qu’il porte autour du cou en est le signe distinctif. Il apprend également que le roi Hingoo a pris le trône par la force, après maintes fourberies et trahisons et que le souverain veut lui retirer son titre puisqu’il ne veut pas épouser sa fille. La suite n’est qu’une succession d’intrigues, d’enlèvements, d’épreuves de force et de combats titanesques jusqu’au dénouement final ou King Kong brise les chaînes qui le retenaient prisonnier et provoque l’écroulement du palais, mettant un terme aux traîtrises du roi Hingoo.



King Kong tiens plus du péplum mythologique que du film de grands monstres (mis à part le dinosaure/dragon).

Très similaire aux films que produisait Cinecitta dans les années 60 - les Hercule, Maciste, Ursus et consort - King Kong ne s’en démarque que par les inévitables numéros de danses et chansons exotiques qui émaillent le film et qui sont la marque de fabrique de Bollywood.

Dara Singh incarne un King Kong très physique. Que ce soit dans les combats à l’épée, au poignard ou à mains nues contre d‘innombrables soldats, de monstrueux lutteurs ou même un crocodile, son personnage n’est pas à la peine. Il jette sur ses ennemis de gros rochers en carton pâte, soulève à bout de bras un Emile Czaja deux fois plus gros que lui et pour finir, tel Samson il fera s’écrouler le palais du roi en écartant les piliers.



La plus grande partie du film est en noir & blanc alors que certaines scènes sont en couleur. Apparemment deux versions du film étaient en circulation mais la majeure partie de la copie couleur étant très abîmée voir détruite, l’éditeur préféra utiliser la version en noir & blanc en y ajoutant les passages en couleur qui restaient exploitables.

Une autre explication vient du fait que les films de Bollywood tournés en couleur dans les années 50 et 60 revenaient très cher et que beaucoup de producteurs n’avaient pas les moyens de se payer ce luxe. Il n’était donc pas inhabituel que seulement quelques scènes soient tournées en couleur ou colorisées à la main (en général les séquences incluant les chansons et chorégraphies ainsi que le climax). Dans les années 50 même les grosses productions ne contenaient que quelques passages en couleur.



TARZAN AND KING KONG
Inde, 1965. Réal: A. Shamsheer. Avec Mumtaz, Randhava, Master Bhagwan, Bela Bose, Shyam Kumar, Siddhu, Dara Singh. Sargaam Chittra Ldt. N/B.




Deux passagers d’un avion en flammes réussissent à s'extraire de l’appareil juste avant que celui-ci ne s’écrase dans la jungle. Dérivants sur un radeau de fortune, la jeune femme et son guide sont sauvés par Tarzan et ses éléphants alors qu’ils allaient être capturés par une tribu d’indigènes vivants dans une antique cité perdu au milieu de la jungle. Le couple royal dirigeant la cité jette son dévolue sur Tarzan et ses infortunés compagnons et tente de les capturer par tous les moyens. Au terme d’un combat avec un crocodile, Tarzan, blessé et épuisé, est contraint de s’aliter.



Profitant de son état de faiblesse, le roi envoie un guerrier pour capturer la jeune femme mais Tarzan intervient une fois de plus. Après plusieurs tentatives infructueuses, la reine décide d’employer la ruse pour prendre Tarzan au piège. Ayant réussi à attirer ce dernier dans les murs de la cité, ils font appel à un champion de lutte (Dara Singh) pour défaire Tarzan lors d’un combat. Le roi de la jungle prend l’avantage mais tombe dans une trappe alors qu’il tentait de s’enfuir. La reine, tombé amoureuse de lui, lui donne l’occasion de s’échapper alors qu’elle lui rendait visite dans sa cellule.



Les compagnons de Tarzan sont finalement capturés et enchaînés. En essayant de les sauver ce pauvre Tarzan tombe de nouveau dans un piège (une constante dans les films de Bollywood). C’est en cage qu’il est conduit dans l’enceinte de la cité. Il repousse une fois de plus les avances de la reine, brise ses chaînes et doit à nouveau affronter un monstrueux lutteur (King Kong).



Mais un gorille libéré de sa cellule sème la panique parmi les hommes et s’empare de la protégé de Tarzan qui se lance sur les traces de la bête jusque dans son antre. Après un combat acharné qui se poursuit jusque dans la jungle il projette l’animal du haut d’une falaise. Un peu plus tard, alors qu’ils jouent à cache-cache (si si, j’vous jure !) Tarzan et ses amis sont capturés une nouvelle fois. Attachés à des poteaux, ils sont destinés à être brûlés vifs mais Tarzan appelle les éléphants qui mettent la tribu en déroute. Dans la panique la reine est tuée en tentant de protéger Tarzan d’un couteau lancé par son époux. Ce dernier cherche à s’enfuir en emportant la jeune femme mais il finira au fond de la falaise avec le gorille, c’est qu’il faut pas le chercher Tarzan !



Contrairement à ce qu’affirment certaines sources, Dara Singh n’interprète pas le personnage de Tarzan mais celui d’un de ses rivaux. Le rôle titre est tenu par un gros lourdaud inexpressif, balourd à souhait, ce qui nuit un peu au film, par ailleurs assez distrayant (mis à part les insupportables séquences chantées, ici au nombre de 5).

La tribu et ses souverains sont très inspirés de ceux de la cité d’Opar décrits dans les romans de Edgar Rice Burroughs et merveilleusement représentés par le génial Russ Manning dans les BD. Les Opariens sont les descendants dégénérés des anciens Atlantes dont les mâles ont régressés à l’état d’hommes singes tandis que les femmes sont restés très belles (ouf, on a eu peur). Dans les romans, la reine Là (oui c’est son nom) est amoureuse de Tarzan et lui offre de régner avec elle sur la cité d’Opar mais l’inflexible sauvage n’a d’yeux que pour sa Jane. Il se retrouve à maintes reprises sur le point d’être sacrifié par la volonté du grand prêtre et ne doit son salut qu’à l’intervention de la reine qui tranche ses liens, ne pouvant se résoudre à lui ôter la vie.

Une fois de plus le King Kong du titre n’est autre que Emile Czaja et non le gorille comme on aurait pu le supposer.


Après presque 50 ans de boycott et grâce à l’avènement du DVD et d’Internet, ces deux films sont timidement sortis de leur tanière il y a 2 ans et ont été diffusés par quelques boutiques indienne sur le web. King Kong (1962) fut brièvement disponible en VCD en VO non sous-titrée ou en anciennes VHS de location.



Tarzan & King Kong à été disponible en DVD pendant quelques semaines seulement et en à peine 4 ou 5 exemplaires sur Ebay. Il s’agissait d’un DVD non officiel vendu par un particulier qui possédait aussi d’autres Tarzan indiens comme Tarzan Comes to Dehli et Toofani Tarzan. Il y a fort à parier que les héritiers de Burroughs ont mis le nez là-dedans puisque depuis on ne le trouve plus sur le site. Apparemment on peut le trouver en VCD dans une poignée de boutiques.



On peut quand même en voir un extrait sur Youtube :

http://fr.youtube.com/watch?v=J9CDpY5tpzY

Voilà, vous savez tout ! :tatatatiiiiin:

A bientôt pour de nouvelles aventures !!!
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 04/10/2008, 11:00    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Carrément terrible ce dernier post Skull Island, tu clos la saga en beauté.

Le cinéma Bollywood, c'est un peu comme le kaiju eiga japonais : c'est tellement vaste que t'as vite fait de t'y noyer !

Mention spéciale pour le Tarzan ci-dessus : une tête d'escalope comme ça, faut aller chercher Kirk Morris dans Maciste en Enfer (1962) ou Uwe Beyer dans le Siegfried de Harald Reinl (1966) pour en trouver une pareille (même Lou Ferrigno dans ses Simbad tout pourris n'avait pas l'air aussi balourd, c'est dire !)

Bravo !
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 04/10/2008, 11:01    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

(D'ailleurs, n'y aurait-il pas un lien de parenté avec Aldo Maccione ???)
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 04/10/2008, 11:09    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Maintenant que tu me le fait remarquer, je trouve que tu n'as pas tout à fait tord. Quelle tête d'ahuris ! xD
Revenir en haut
Titou.65
Brontosaure

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2007
Messages: 476
Localisation: Hautes Pyrénées
Point(s): 475
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 04/10/2008, 14:47    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Wow !!! ça c'est du dossier !!!
Merci SKULL.ISLAND
Vue qu'on est en plein Bollywood soupoudrais de kaiju eiga , qui connais ce film ?
Aadi Yug


la ressemblance avec un monstre japonais est assez troublante......
Bien sur si ce film et dispo quelque par je prend ....
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 04/10/2008, 15:23    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Merci les gars pour vos compliments. C'est vrai que ce dernier dossier m'a demandé un peu plus de boulot (une semaine en fait) mais il fallait bien ça pour mon 100ème message depuis que je me suis inscrit sur le forum (2 mois pile, hé oui déjà). Mr. Green

Titou j'ai fais ma petite enquête et il semblerait que Aadi Yug (que je ne connaissais pas du tout d'ailleurs) soit disponible dans certaines boutiques indiennes en VCD uniquement.

Vas dans Google, tapes Aadi Yug vcd et tu devrais pouvoir trouver ton bonheur.
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 04/10/2008, 19:21    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Si la bestiole c'est pas Baragon, je me mords un oeil.
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 10/10/2008, 22:19    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Quand y'en a plus y'en a encore ! J'avais oublié cette lobby card mexicaine de El Monstruo Asesino (The Monster Walks, 1932). Ca rappelle quand même furieusement quelqu'un non ?

Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 10/10/2008, 22:46    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Par contre il faudrait être sûr que la carte est bien postérieure à King Kong, vu que le film en question date de l'année précédente... Question

Sinon nous serions en présence d'un faux King Kong antérieur au vrai !!!
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 10/10/2008, 23:21    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Je ne sais pas exactement quand The Monster Walks a été distribué au Mexique mais ce qui est sûr c'est que l'artwork de cette lobby card à été réalisé bien après les années 30 (pour ma part je pencherais plutôt vers les années 50/60) et que le film en question ne contient pas de singe géant. Il s'agit donc bien d'une allusion trompeuse à King Kong.
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 10/10/2008, 23:37    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Y'a pas à dire, ils sont fourbes ces Mexicains.
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 23/10/2008, 12:33    Sujet du message: Faux King Kong Répondre en citant

Je reviens un instant sur WHITE PONGO de Sam Newfield, évoqué précédemment dans ce dossier et sorti en Italie sous le titre "LA SFIDA DI KING KONG" que l'on pourrait traduire par "LE DEFI DE KING KONG".

C'est justement cette traduction qui a été utilisée pour la sortie en France du roman-photo, édité par Edisirio dans la collection Jungle Film en juin 1961.

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:27    Sujet du message: Faux King Kong

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> King Kong Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 3 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation