top

KING KONG (1932)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Livres
Auteur Message
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 01/07/2010, 16:17    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?




KING KONG (Grosset & Dunlap, décembre 1932)
de Delos W. Lovelace (d'après une histoire conçue par Merian C. Cooper et Edgar Wallace)






PARTIE I


LES PREMICES

L’histoire de King Kong a été développée à partir d’une idée que Merian C. Cooper avait eue dès 1929, apparemment d’après un rêve qu’il avait fait. Cooper, fasciné depuis l'enfance par les gorilles et les récits extraordinaires sur le continent africain, désirait concrétiser cette idée en réalisant un film (qui devait à l’origine s’appeler « The Beast ») sur un gorille géant, capturé par l’homme et ramené à la civilisation.

Quelques années auparavant, la lecture des récits de l'explorateur Douglas Burden sur la découverte, dans les environs de Sumatra, de lézards géants et carnivores, les fameux dragons de Komodo, avaient fortement impressionnés Cooper au point qu'il avait imaginé tourner un combat entre l'un de ces monstre et un véritable gorille dans un New York miniature. Dès 1931, il avait essayé, sans succès, d'acquérir les droits de Tarzan pour en tourner une adaptation en Afrique, espérant du même coup profiter du lieu pour tourner en parallèle son film de gorille géant


Merian C. Cooper.


A cette même période, le génie des effets spéciaux Willis O’Brien travaillait pour la RKO sur un projet qui, pensait-il, devait représenter l’aboutissement de sa carrière : Creation, film mettant en scène des naufragés dans un milieu sauvage et hostile, truffé de dinosaures et de vestiges antiques bâtis par une mystérieuse civilisation. O’Brien s’était spécialisé dans l’animation image par image (aussi appelé stop-motion) depuis 1914 et la plupart de ces réalisations comportaient des dinosaures et autres animaux préhistoriques. Il avait connu son plus grand succès avec l’adaptation cinématographique du roman de Conan Doyle « Le Monde Perdu » en 1925.

Les coûts de production de Creation devenant exponentiels, David O Selznick, alors récemment nommé à la tête de la RKO, demanda à son ami Merian C. Cooper (qu'il venait d'embaucher pour faire le ménage dans les productions en cours) si il pensait qu’un tel projet était viable commercialement. Après lecture du scénario, Cooper répondit par la négative mais ce jugement sévère n'était pas dénué d'arrières pensées. En effet, à la suite de la visite de l'atelier d'O'Brien, il réalisa immédiatement que ce magicien des effets spéciaux était l’homme de la situation pour son projet mettant en vedette un gorille géant. Cautionné par son nouveau poste et sa mission, il débaucha en réalité O’Brien et son équipe pour les faire travailler sur le projet qu’il chérissait depuis tant d’années. Si Cooper avait à l’origine envisagé de tourner son film en Afrique avec un véritable gorille et un varan de Komodo, le travail d’Obrien le persuada de s’engager dans l’animation, la stop motion permettant nombre de choses qu’il n’aurait pas pu obtenir avec un véritable animal. De plus, la perspective d'un tournage à domicile réduisait considèrablement les coûts de production.

Ainsi, malgré l’abandon de la production, le travail déjà effectué par O’Brien et son équipe sur Creation sera d’une importance capital pour l’histoire de King Kong. L’Afrique est délaissée au profit d’une île préhistorique, permettant ainsi de réutiliser la plupart des modèles de dinosaures conçus pour Creation afin de figurer la faune de Skull Island. Certaines scènes également seront reprises presque à l’identique comme celle du tronc d’arbre surplombant le ravin.



Edgar Wallace


Si King Kong est à l'origine une idée de Cooper (qui en a dressé le pitch), à laquelle on a ajouté de nombreux éléments de Création (dûs à Willis O'Brien), il ne faut pas minimiser le rôle d'Edgar Wallace, célèbre écrivain anglais et auteur de nombreux best sellers, dans le processus d'écriture. Le 5 décembre 1931, Edgar Wallace débarquait sur le sol d’ Hollywood car il venait de signer un contrat lucratif avec la RKO qui l’avait embauché pour écrire des scénarios. Le premier projet sur lequel il devait travailler était justement « The Beast » et Wallace visita l’atelier d’O’brien puis s’entretint de l’histoire avec Cooper. Il écrivit d’ailleurs dans son journal intime « Pour être honnête, cette histoire est beaucoup plus celle de Cooper que la mienne. J’en retirerais bien plus de louanges que je ne le mérite si le film est un succès mais en cas d’échec, il me semble juste que je sois critiqué. »

Avant de se mettre au travail sur le scénario de ce qui allait devenir King Kong, Wallace désirait terminer sa nouvelle « Death Watch » (qui deviendra « Before Dawn »). Au début de l’année 1932, lui et Cooper contractèrent une pneumonie et si ce dernier réussit à se soigner ce ne fut pas le cas de Wallace, dont l’organisme était déjà affaiblit par un fort diabète, et qui décéda le 10 février à l’age de 56 ans. Les crédits officiels concernant l’écriture du film sont : scénario de James Creelman et Ruth Rose d’après une histoire de Merian C. Cooper et Edgar Wallace. « Wallace n’a rien écrit pour Kong, pas un seul mot » déclara plus tard Cooper, « mais je lui avait promis qu’il participerait au scénario et je l’ai donc crédité. »



LE SCENARIO D’EDGAR WALLACE

Cette version de l’histoire, la plus communément admise, n’est en fait pas tout à fait exacte. Il est de notoriété publique que Merian C. Cooper était un homme plutôt vantard, n’hésitant pas à déformer la vérité si cela pouvait l’arranger.
Et bien il s’avère que Edgar Wallace avait écrit un premier traitement de scénario de 110 pages en seulement 5 jours dans le courant du mois de janvier 1932. A ce stade de la production, le titre choisi pour le film était tout simplement Kong, et c’est sous ce titre que Wallace à écrit son scénario. Pour éviter toute confusion avec le précédent film de Cooper, Chang, on chercha un titre plus anglais. Wallace proposa King Ape mais finalement ce fut King Kong qui fut retenu près d’un an plus tard.

Dans le script original, le personnage d’Ann Darrow est appelé Shirley Redman ou Zena tandis que celui de Jack Driscoll se nomme John Lanson ou Johnny. Le capitaine Englehorn était déjà présent mais son rôle était bien plus important dans cette version. Danby G. Denham, quant à lui, est un promoteur doublé d’un homme de spectacle à la P. T. Barnum qui cherche un singe géant afin de l’exhiber au Madison Square Garden ou au Polo Grounds. Le film retiendra le thème de Barnum quand le personnage évoluera en Carl Denham dans le script de Rose et Creelman, la référence à « la huitième merveille du monde » étant clairement inspirée des formules à sensation dont usait Barnum dans ses publicités.

Wallace avait donc créé les personnages principaux, défini leurs relations et leur rôle dans le déroulement de l’histoire.
Le scénario débutait par l'arrivée d'un canot de sauvetage, composé de bagnards en fuite, sur l’île de Kong, appelée Vapor ou Vapour Island par Wallace en raison des émissions volcaniques qu’elle dégage. Après que certains de leurs compagnons se soient fait dévorés par des monstres préhistoriques, le reste de l'équipage sent sa dernière heure venue et les esprits commencent à s'échauffer.

Alors qu’un des matelots tente de violer Shirley (une jeune femme qui leur sert d'otage), celle-ci est secourue par Kong qui apparaît soudain et l’emporte (en annotation, Wallace avait précisé que Kong faisait 30 pieds de haut, établissant qu’il était bien un singe géant). Denham et ses hommes, qui viennent de débarquer sur l'ile en quête d'une attraction sensationnelle, partent immédiatement à la recherche de Shirley mais sont freinés dans leur progression par des attaques de dinosaures et de ptérodactyles, auxquelles Kong aura aussi à faire. Le gigantesque primate atteint son repaire dans les montagnes mais sa prise sera de courte durée, Shirley étant bientôt secourue par Lanson. Après avoir endormi Kong avec des grenades à gaz, Denham le ramène à New York ou il est enchaîné.

Lors de la première, Shirley est enfermée dans une cage remplie de tigres. La voyant menacée, Kong brise ses chaînes et la sauve une fois de plus en tuant les félins, l’emportant ensuite au sommet de l’Empire State Building alors qu’éclate un violent orage. Bientôt, une escadrille munie de mitraillettes apparaît dans le ciel de Manhattan pour abattre le monstre. Cooper envoya à Wallace un mémo interne de la RKO, suggérant que John dissuade la police d’ouvrir le feu sur Kong, le danger étant trop grand pour Shirley « Essayez d’inclure une scène ou John tenterait seul de secourir Shirley au sommet de l’Empire State Building si la police consentait à cesser le feu pendant une minute ».
Kong est finalement tué par la foudre qui s’abat sur le pylône auquel il se retient.

Les toutes premières photos publicitaires avaient d'ailleurs pour titre Kong et portaient la mention « par Edgar Wallace », montrant la bête entourée d’éclairs, semble t-il au milieu d’un orage, comme l’avait imaginé Wallace.





On voit bien ici que Wallace a introduit le mythe de la Belle et la Bête et avait déjà dessiné la structure générale du récit, l’intrigue et les personnages ainsi que certains événements clés de l’histoire. Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack étaient enchantés par cette première ébauche de scénario et se préparaient à commencer le tournage d’après les notes du journal de Wallace « My Hollywood Diary ». La mort soudaine de l’auteur le privât de la reconnaissance qu’il méritait pour avoir en partie créé l’histoire. Le script de 110 pages de Wallace restait néanmoins un premier jet, pas encore un scénario complet et finalisé, prêt à être tourné.



LE SCENARIO DE JAMES CREELMAN ET RUTH ROSE

Après la mort de Wallace, James Ashmore Creelman, qui allait aussi travailler sur le scénario des Chasses du Comte Zaroff, fût invité à développer le scénario que l’auteur anglais avait ébauché. Malgré ses bonnes idées, il se montra incapable de terminer le scénario et Ruth Rose fût également engagée pour épaissir le script et apporter la touche finale. En tant que femme de Ernest B. Shoedsack, Ruth était parfaitement capable de traduire les attentes des producteurs dans son scénario. Elle ajouta la scène ou Ann Darrow est offerte en sacrifice à Kong en remplacement de la tentative de viol imaginée à l’origine par Wallace. Ce fût aussi elle qui apporta toute la séquence d’ouverture à New York ou sont présentés les personnages principaux et qui dévoile le but de l’expédition. Le travail des deux scénaristes consistait à retravailler l’histoire originale de Wallace et d’en améliorer les scènes les plus faibles pour répondre aux attentes des producteurs / réalisateurs.

Parmi les personnes qui ont lu le scénario original de Wallace, beaucoup ont certifiés qu’il était en bien des points supérieur au script final de Rose et Creelman. Dans la version de Wallace, un petit singe effeuillant une rose préfigurait le moment ou Kong enlève un à un les vêtements de Shirley. Il y avait également une scène sous marine filmée du point de vue d’un brontosaure alors qu’il s’approche du bateau du capitaine Englehorn et l’attaque. Malheureusement, le scénario de Wallace n’a jamais été publié, rendant difficile toute comparaison entre les deux scripts.

James Ashmore Creelman était un scénariste qui avait auparavant travaillé sur Creation et qui avait aussi adapté Les Chasses du Comte Zaroff d’après une courte nouvelle de Richard Connell. Ce film était entré en production après King Kong mais il fut terminé avant. Ces deux productions partageaient bon nombre d’acteurs, techniciens, décors, costumes pour amortir les coûts. Creelman écrivit de nombreux scénarios de 1922 à 1935 mais la demande commença à se raréfier et il finira par se suicider en 1941 en se jetant d’un toit. Il avait seulement 40 ans.

La co-scénariste Ruth Rose n’était autre que Me Ernest B. Shoedsack à la ville et avait accompagné son futur mari dans quelques une de ses premières expéditions en tant qu’explorateur. Elle avait débuté sa carrière comme actrice, son père étant l’auteur de pièces Edward E. Rose (qui réalisa entre autre l’adaptation théâtrale du Prisonnier de Zenda) et son mentor étant l’acteur William Gillette qui interprétait Sherlock Holmes sur les planches.

Horace McCoy, auteur du roman « On Achève bien les Chevaux » a lui aussi participé au script de King Kong mais ne fut jamais crédité.





LA NOVELISATION DE DELOS LOVELACE

La novélisation du film, qui est essentiellement basée sur le script de Creelman et Rose, fut confiée à Delos W. Lovelace qui était reporter pour le New York Daily News et le New York Sun dans les années 20 avant de devenir écrivain. C’est à cette époque qu’il rencontra Cooper qui travaillait lui aussi pour les mêmes journaux. Outre une biographie de Dwight D. Eisenhower, King Kong est de très loin l’ouvrage le plus connu de Lovelace. Beaucoup de gens se sont posé des questions sur l’identité de Lovelace, certains pensant même qu’il s’agissait d’un pseudonyme. En fait, Delos Wheeler Lovelace (1894-1967) était bien réel, mais si on se souvient encore de lui aujourd’hui ce n’est pas pour son travail mais pour sa femme. Maud Hart Lovelace (1892-1980) a écrit les histoires de « Betsy-Tacy », publiées en 1940 et qui sont considéré comme des classiques de la littérature pour enfants aux Etats-Unis, où des associations sont consacrées à l’auteur et à son œuvre.

La novélisation de King Kong fut d’abord publiée sous forme d’épisodes dans Mystery Magazine en 1932 avant de sortir en livre un peu plus tard dans l’année (décembre) chez l’éditeur Grosset & Dunlap et ce près de 3 mois avant la sortie officielle du film. Bien que quelques métrages aient déjà fait l’objet d’une novélisation auparavant – Thea Von Harbou avait écrit des nouvelles basées sur les films de son mari Fritz Lang : Metropolis et Woman in the Moon – il semblerait que King Kong soit le premier film Hollywoodien à bénéficier de ce traitement.

Certains évènements décrits dans le livre diffèrent de la version cinématographique. Le montage final du film n’ayant pas encore été décidé au moment de la parution du roman, des scènes prévues dans le scénario figurent bien dans l’adaptation de Lovelace mais sont absentes du métrage : le combat de Kong contre trois tricératops, la scènes des araignées et insectes géants au fond du ravin,…le cuisinier s’appelait Lumpy et non Charlie, le bateau « The Wanderer » à la place du « Venture ».



La jaquette, qui est l’œuvre de l’artiste Glenn Cravath, présente une très belle illustration, l’arrière plan mixant agréablement les buildings de New York et la faune de Skull Island. Glenn Cravath, qui commença sa carrière dans les années 20 au New York Journal, fut aussi dessinateur. Outre une grande quantité de couvertures de pulps et de livres, il a aussi réalisé de nombreuses affiches pour des serials et des Westerns de la Columbia. Cravath a également réalisé une partie des illustrations promotionnelles pour le film. Outre la magnifique jaquette réalisée pour le roman et qui contribue grandement au coté « collector » de cette première édition, des photographies du film ont été insérées au début et à la fin de l’ouvrage. Il faut maintenant compter dans les 700 $ minimum pour espérer acquérir un exemplaire sans jaquette et si par bonheur celle-ci est vendue avec le livre, cela peut monter à plusieurs milliers de $ selon l’état.







LES AUTRES VERSIONS DE L’HISTOIRE

Wallace et Cooper avaient tout les deux signés un contrat qui les autorisaient à développer l’histoire sous forme de roman, de courte nouvelle ou d’épisodes. C’est ainsi que deux autres versions de King Kong furent publiées en 1933 :



Une sérialisation en deux parties de l’histoire de King Kong fût publiée dans les numéros de février et mars 1933 de Mystery Magazine. Elle était écrite par Walter F. Ripperger et la narration était complètement différente de la version de Lovelace. Destinée à un plus large public, celle-ci omettait volontairement les combats avec les autres monstres de Skull Island dont le T-rex.
C’est cette version qui est tombé dans le domaine publique et qui a alimenté la controverse entourant les remakes de Paramount et Universal en 1975-76.

Dans le numéro du 28 octobre 1933 de Cinema Weekly, fut publié la courte nouvelle « King Kong » par Edgar Wallace et Draycott Montagu Dell (1888-1940). Cette nouvelle a été rééditée dans le livre de Peter Haining « Movie Monsters » publié par Severn House en 1988. Elle est basée sur l’histoire de Wallace et Cooper et reprend certains éléments du script de Rose et Creelman mais, comme dans le scénario de Wallace, commence directement sur l’île de Kong.
Dell était journaliste et auteur de livres pour enfants, ami proche d’Edgar Wallace avec qui il travaillait aussi conjointement, les deux hommes se connaissant depuis l’époque où ils travaillaient pour des journaux anglais.



A suivre : les rééditions du roman.


Dernière édition par SKULL.ISLAND le 08/06/2014, 21:56; édité 1 fois
Revenir en haut
Titou.65
Brontosaure

En ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2007
Messages: 478
Localisation: Hautes Pyrénées
Point(s): 477
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 01/07/2010, 17:51    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Encore un dossier de fou !!!!
Nickel comme toujours Skull
Revenir en haut
Blanol
Indigène

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2010
Messages: 106
Localisation: Suisse
Point(s): 106
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 04/07/2010, 23:01    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Woaooouh !

Top le dossier, et encore et toujours des infos inédites (pour el simple péquin comme moué)

Merci pour ton taf !

Et décidemment, cette image de kong au milieu des éclairs est excellente !
-----------------
Il n'y a qu'un King Kong et c'est celui de 1933... Mais j'aime tellement l'affiche de 1976 !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 08/07/2010, 16:55    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant



Bien que King Kong ait atteint le statut de film culte et soit devenu immensément populaire au fil des ans, bénéficiant de plusieurs ressorties au cinéma dans les années 30, 40 et 50, il fallut attendre 1965 pour qu’un éditeur se décide à sortir une nouvelle édition de la nouvelle parue en 1932. Ce fut Bantam aux Etats-Unis qui le premier publia King Kong en livre de poche puis Corgi en Angleterre dès l’année suivante en 1966.

L'édition Bantam et sa couverture à tomber par terre :


L'édition anglaise parue chez Corgy en 1966


Puis, en 1976 et 1977, avec la sortie sur les écrans du nouveau King Kong produit par Dino De Laurentiis, les éditions se multiplient en format poche.

Futura en Angleterre en 1977


Ace en 1976 (couverture Frazetta)


Tempo Books (16 pages d’illustrations)


Grosset & Dunlap (1976, illustrations de Richard Powers)


La première édition avec une couverture cartonnée apparaît en GB en 1977, de Arthur Baker avec des illustrations de Grant Bradford. Cette édition est au moins aussi rare que l’édition originale de Grosset & Dunlap même si elle est moins cotée.
Grosset & Dunlap publient 2 nouvelles versions en 1977 pour les usa, illustrées par Richard Powers : The Illustrated King Kong reprenait le texte de Delos Lovelace en édition grand format alors que King Kong to Read Aloud (Wonder Books) était une version simplifiée pour les enfants.





Step-up Adventures : King Kong (Random House, 1983) couverture cartonnée.
Edition illustrée par Michael Berenstein et adapté pour les enfants par Judith Conaway.


Réédition de 1988 :


King Kong (Picolli Lettori, 1993) poche.


Cette édition italienne, bien que créditant Edgar Wallace comme étant l’auteur, se permet quelques libertés avec l’histoire connue : les personnages principaux sont affublés de noms fantaisistes, « Jeremy Colby », « John Spencer » et « Julie ». La fin a également été changée (pour ne pas attrister les plus jeunes) et une illustration montre King Kong capturé par un filet alors que le chapitre final annonce King Kong au zoo de New York. Un petit quiz avec des questions sur King Kong se trouve au dos du livre.

Random House / The Modern Library, 2 éditions : août et octobre 2005.


Une belle couverture, une excellente préface de Mark Cotta Vaz (le biographe de Merian C. Cooper) et un avant-propos de Greg Bear font de cette édition une des plus sympathique.

Grosset & Dunlap, 2005.


Une édition décevante de la part d’un éditeur aussi important que Grosset & Dunlap. Un encart de 4 pages de photos y figure, mais malgré l’annonce qui promet 2 photos encore jamais vues du film original, il s’avère qu’elles sont déjà connues.

Underwood Books, septembre 2005, 160 pages, poche
Illustrations de John Foster, Frank Frazetta, Dave Stevens et Ken Steacy


Gollancz, décembre 2005, 201 pages


En 2005, Blackstone Audio a sorti en CD une version livre audio pour les enfants ou l’histoire est racontée par un narrateur. Cette version bénéficie en outre des commentaires de Ray Bradbury, Harlan Ellison et Ray Harryhausen.



En France, il aura fallut attendre décembre 1976 et la sortie du remake de Dino De Laurentiis pour qu’un éditeur se décide à publier le roman de Delos Lovelace. C’est Albin Michel qui ouvre la voie avec une édition qui reprend la couverture de la réédition de Grosset & Dunlap sortie la même année et qui est due à Walter Popp.

Albin Michel, novembre-décembre 1976, 220 pages.


Le livre sera ensuite réédité en version poche aux éditions J’Ai Lu en 1977. Un encart central de 8 pages contenant des photos du film agrémente l’ouvrage.

J’Ai Lu, 2e trimestre 1977, 190 pages.


Profitant de la sortie sur les écrans de la version de Peter Jackson, Librio sort en octobre 2005 une nouvelle édition proposée à 2 €. (à ce prix là, ça ne vaut pas le coup de s’en priver)

Librio, octobre 2005, 130 pages.


Dernière édition par SKULL.ISLAND le 24/01/2014, 00:16; édité 1 fois
Revenir en haut
Vastato L
Marin

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2010
Messages: 33
Localisation: Skull Island
Point(s): 33
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 08/07/2010, 18:33    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Moi j'était tombé sur une édition de King Kong un peu enfantine mais avec de super dessins! Faudrait que je la retrouve.... woups xD
-----------------
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 11/09/2010, 15:05    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Comme indiqué précédemment, le roman de Lovelace a été adapté pour les enfants sous forme de cassettes audio dès les années 70-80. Voici respectivement les versions françaises et allemandes :





Une édition récente de 2008 en langue espagnole :





La PLV de l'édition Futura en 1977 :



Dernière édition par SKULL.ISLAND le 08/06/2014, 17:19; édité 1 fois
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 02/02/2013, 00:09    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant


Edition espagnole



Edition italienne



Edition allemande



Edition allemande (2013)


Dernière édition par SKULL.ISLAND le 28/11/2014, 17:21; édité 2 fois
Revenir en haut
Pijalk
Tyrannosaure

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 972
Localisation: Allier
Point(s): 972
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 17/12/2013, 18:15    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Vastato L a écrit:
Moi j'était tombé sur une édition de King Kong un peu enfantine mais avec de super dessins! Faudrait que je la retrouve.... woups xD



Est-ce de cette version là que tu parle ? C'est un album pour enfant sortit en 2005 à l'occasion de la sortie de remake de Jackson ! Je l'avais petit ( et je l'ai conservé, car comme tu dis, il y a de très beaux dessins !)



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 03/01/2014, 13:39    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Une édition récente de 2013, pour le 80ème anniversaire de King Kong, avec une couverture de Bob Larkin et des illustrations de Kevin Tuma.

Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 08/06/2014, 17:40    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Retour en images sur l'édition audio du roman de Lovelace, sorti chez Blackstone en 2005 et raconté par Stefan Rudnicki sur 5 CD.













Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 07/12/2014, 22:34    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Petit retour en arrière sur l'une des éditions du roman de Lovelace, celle éditée par Tempo Books en 1976. Cette édition comporte des illustrations de Richard Powers dont voici quelques exemples :










Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 11/12/2014, 14:45    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Le roman de Lovelace est sorti cette année en format epub (téléchargeable) chez Perfect Commando Productions, avec des illustrations de David Blanchard.


Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 20/01/2015, 00:54    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

Easton Press vient de sortir récemment une nouvelle édition de luxe du roman de Lovelace. Couverture en cuir, marque page en soie, bord des pages dorés à l'or fin et somptueuses illustrations caractérisent cette édition, pour laquelle il vous faudra débourser entre 100 et 200 $ en moyenne ! woups




Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 697
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 737
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 20/04/2017, 22:53    Sujet du message: KING KONG (1932) Répondre en citant

La sortie de Kong Skull Island est l'occasion pour les éditeurs de ressortir le roman original de Delos Lovelace. StarWarp Concept propose depuis le mois de mars une version Ebook agrémentée de dessins de Paul Tuma :






Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:04    Sujet du message: KING KONG (1932)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Livres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation