top

LES CYCLOPES A L'ECRAN
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Les autres Monstres
Auteur Message
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 15/07/2010, 23:26    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Cet article est à l'origine paru dans le numéro 6 de la revue Metaluna (avril 2010). En voici une version un peu plus complète.









LES CYCLOPES A L'ECRAN








UN PEU D'HISTOIRE :


Dans les mythes de la Grèce antique, le cyclope a connu plusieurs générations différentes au cours des âges héroïques : d’abord affiliés au dieu Ouranos et à la déesse Gaia dont ils étaient les enfants, les cyclopes, qui étaient au nombre de trois, avaient pour tâche d’aider le dieu Héphaïstos dans ses forges divines. Plus tard, de nouvelles générations appelées Arimaspes (qui avaient la même taille qu’un être humains) et Encheirogastères firent leur apparition. Ces cyclopes des premières générations étaient des géants plutôt serviables qui aidèrent les anciens à fonder les cités dites d'architecture "cyclopéenne".

Mais l'image la plus populaire, celle qui est parvenue jusqu'à notre époque, concerne la dernière génération de Cyclopes, immortalisée par l'Odyssée d'Homère. Cette génération est représentée par les fils de Poséidon, qui vivent dans les îles grecques, notamment sur une île tout simplement nommée "l'Ile aux Cyclopes". Là encore il s'agit de géants possédant un oeil unique sur le front mais ils sont bien plus dangereux que leurs aînés. Ils mènent une existence fruste et pastorale sur leur île, élevant des moutons pour les manger mais ne rechignent pas à dévorer de la chair humaine quand l’occasion se présente.
Le représentant le plus connu de cette race est sans aucun doute le géant Polyphème qui emprisonne Ulysse et ses compagnons dans sa grotte pour les dévorer. Les grecs ne doivent la vie sauve qu’à l’imagination de leur chef, qui leur fait préparer du vin pour enivrer le géant afin de lui transpercer l’œil à l’aide d’un pieu durci par le feu. Rendu aveugle, Polyphème dégage l’entrée de la grotte pour appeler ses frères à l’aide mais se poste dans l’embouchure pour empêcher les soldats grecs de fuir. Ils sont une fois de plus sauvés par Ulysse qui leur suggère de s’agripper sous le ventre des moutons. Le cyclope aura beau tâtonner le dos des bêtes, il ne s'apercevra pas de la supercherie.





CINEMA


Génial précurseur du cinéma, Méliès, qui a toujours été fasciné par la mythologie grecque (il était bachelier latin-grec en 1880), adapte dès 1905 deux épisodes de l’Odyssée avec L'Ile de Calypso ou le Géant Polyphême - The Mysterious Island (3min36) : Ulysse arrive dans l'île de la nymphe Calypso après avoir fait naufrage. Celle-ci le séduit et la légende dit qu'elle le retint sept années dans son île. Puis Ulysse rencontre le cyclope Polyphème et lui crève l'œil unique avec une lance. Cette deuxième partie bénéficie de très belles incrustations d’écran pour l’époque. A noter la belle crème anglaise sortant de l'œil crevé du cyclope.





Une nouvelle version des exploits d’Ulysse est ensuite réalisée par Mario Camerini en 1955 avec Kirk Douglas dans le rôle titre. Cette superproduction initiatrice d’une incroyable flopée de péplum dans les années 60, reste à ce jour une des plus saisissante représentation du géant Polyphème. Pris au piège dans la caverne du cyclope que ce dernier a obstrué avec un énorme rocher, les grecs sont contraint de regarder leurs compagnons se faire dévorer un à un avant qu’Ulysse n’imagine un astucieux stratagème pour se sortir de ce mauvais pas. Les nombreuses péripéties d’Ulysse au cours du film ne permettent pas de s’appesantir sur cet épisode et la fuite des grecs, cachés sous des moutons géants, n’est malheureusement pas montrée.






Polyphème (Ulysse, 1955)


Détail de l'affiche thaïlandaise.




Les années 50 étant également propices à la réflexion sur les dangers de l’atome (nous sommes alors en pleine guerre froide), c’est un cyclope d’un genre nouveau qui tient la vedette dans The Cyclops (1957). Premier d’une série de trois films réalisés par Bert I. Gordon et ayant pour sujet le gigantisme humain, conséquence des radiations nucléaires (1), The Cyclops décrit les mésaventures d’une équipe de scientifiques confrontés à une nature hostile en pleine jungle mexicaine. En effet, une forte radiation due à des dépôts d’uranium a accrue considérablement la taille des animaux dans cette région isolée. En plus de lézards, reptiles, oiseaux et rongeurs gigantesques, les membres de l’expédition sont menacés par un géant de 10 mètres, seul rescapé d’un accident d’avion survenu quelques années auparavant. Doté d’un œil unique, l’autre ayant littéralement fondu sous l’effet des radiations, le géant, rendu à moitié fou par sa nouvelle condition physique, sera finalement abattu car devenu trop dangereux.

La séquence du combat entre le cyclope et un boa géant constitue la pièce de résistance du film, dans lequel on retrouve par ailleurs Lon Chaney Jr. Outre le fait de présenter un cyclope new look, le film s’inspire en une autre occasion du récit de Homère : tel Polyphème piégeant Ulysse et ses compagnons, la créature de Bert I. Gordon, à l’aide d’un énorme rocher, obstrue l’entrée de la caverne où se sont aventurés les membres de l’expédition. Duncan Parkin, l’acteur incarnant le cyclope, tiendra un rôle similaire avec un maquillage quasiment identique dans le War of the Colossal Beast du même Bert I. Gordon l’année suivante.















1958 justement, une grande année pour le cyclope puisqu’elle coïncide avec la sortie d’un des fleurons du cinéma fantastique : Le 7e Voyage de Sinbad (The 7th Voyage of Sinbad) de Nathan Juran. Pour délivrer une princesse du maléfice que lui a jeté un diabolique magicien, Sinbad doit affronter mille périls, combattre les terribles cyclopes, se sortir des griffes d’un dragon, croiser l’épée avec un squelette et bien d'autres créatures infernales...
Le prodige des effets spéciaux Ray Harryhausen donne vie à tout un bestiaire mythologique dont un spécimen inhabituel de cyclope, jusque là inédit sur les écrans. Munie de pattes de bouc et d’une corne frontale, sa créature en impose et s’est immédiatement assuré une place de choix au panthéon des grands monstres du cinéma fantastique (2). Bien que n’étant pas conforme physiquement au cyclope décrit par Homère, la créature de Ray Harryhausen s’en rapproche en trois occasions : elle jette sur Sinbad et ses hommes (installés dans une barque) un énorme rocher puis, après avoir capturé un des marins, le cyclope tente de le faire cuire à la broche tout en se pourléchant les babines et enfin, il recevra dans l’œil un pieu lancé par Sinbad.













Dans La Nave de los Monstruos, que réalise Rogelio A. Gonzalez en 1960 (un des meilleurs B-movie mexicain de l'âge d'or du fantastique, qu'on se le dise !), deux ravissantes vénusiennes, Gamma et Beta, sont envoyées à travers tout l'Univers pour collecter des représentants mâles de différentes espèces. Leur vaisseau spatial zoologique s'écrase sur terre, laissant échapper bon nombre de spécimens extra-terrestres très dangereux. Les deux femmes rencontrent Laureano, un cow-boy, qui tente d'expliquer ce qu'est l'amour à Gamma pendant que Beta projette de conquérir la Terre grâce à sa petite armée de monstres. Parmi eux se trouvent Tagual, un martien au crâne hypertrophié; Zok, un squelette vivant de tigre à dents de sabre; Crassus, un monsre-araignée; Tor, un robot et Uk... un cyclope!









1) Les deux autres étant The Amazing Colossal Man (1957) et sa suite : War of the Colossal Beast (1958)

2) Durant la phase de pré production, Ray Harryhausen avait réalisé plusieurs dessins qui montraient des cyclopes plus classiques, sans corne et avec des jambes humaines mais dont les pieds étaient déjà fourchus.




Devant le succès commercial que remporta le film, le producteur Edward Small tenta de réitérer l'exploit, allant même jusqu'à engager le même réalisateur (Nathan Juran), le même héros (Kerwin Mathews) et le même méchant (Torin Thatcher), pour son Jack le Tueur de Géants (Jack the Giant Killer, 1962). Les créatures fantastiques apparaissant dans le film sont cette fois-ci animées par Jim Danforth et si l’histoire fait intervenir deux monstres géants directement inspirés de celui de Ray Harryhausen, l’un cornu et l’autre bicéphale avec ses pattes de bouc, il ne peuvent cependant être taxés de cyclopes puisque dotés de deux yeux pour le premier et de quatre pour le second.





A suivre...
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 17/07/2010, 13:46    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Après cette escapade dans l’univers de la science-fiction, le cyclope fait un retour en force grâce au péplum mythologique, genre très en vogue dans les années 60 et abondamment produit en Italie dans les studios de Cinecitta. Tout d’abords avec Le Géant de Thessalie (I Giganti della Tessaglia), mit en scène par Riccardo Freda en 1960 et qui illustre, 3 ans avant le film de Don Chaffey et Ray Harryhausen, l’histoire de Jason et les Argonautes. Jason, roi de Thessalie, part à la recherche de la toison d'or. Le navire des Argonautes, après avoir affronté une terrible tempête, accoste sur une petite île, gardée par un monstre sanguinaire. Pendant ce temps, le trône de Thessalie est l'objet de toutes les convoitises... Le fameux monstre de l’île, qui vit dans une caverne et qui vient semer la mort et la destruction dans la ville voisine une fois par an, est un magnifique spécimen de gorille cyclopéen (dans les deux sens du terme puisque avoisinant les cinq mètres et doté d’un œil unique au milieu du front). C’est en lui fichant un pieu dans l’œil que Jason débarrassera la cité de cette bête monstrueuse.











Quelques mois plus tard sort Maciste Contre le Cyclope (Maciste Nella Terra dei Ciclopi, 1961) de Antonio Leonviola où Gordon Mitchell, incarnant le fils du roc, doit affronter un descendant de Polyphème. Des siècles se sont écoulés depuis qu'Ulysse a aveuglé le cyclope Polyphème et trahi Circé la magicienne. Mais la soif de vengeance des deux créatures s'est perpétuée. Les derniers descendants d'Ulysse sont impitoyablement traqués par la descendante de Circé, la reine Capys. Celle-ci enlève la reine Penelope, qu'elle condamne à être tuée par le Cyclope. C'est compter sans l'intervention de Maciste qui, dans le repaire du monstre transformé en charnier, s’en débarrasse en lui fichant une épée dans l’œil avant de l’ensevelir sous des tonnes de roches.









Riccardo Freda vient une seconde fois apporter sa pierre à l’édifice en réalisant en 1962 Maciste en Enfer (Maciste all’Inferno), où le musculeux héro, cette fois incarné par Kirk Morris, est contraint de descendre aux enfers pour sauver sa bien aimée. Freda adapte ici l’Enfer de Dante par le biais des aventures de Maciste, mais délaisse le péplum pur en transposant son récit dans l’Ecosse du XVIIème siècle. Dans les abysses infernales, à la recherche d’une sorcière qui a jeté une malédiction sur un village, Maciste doit se mesurer au géant Goliath ainsi qu’au cyclope. Hélas, sans doute dans un souci d’économie, toutes les scènes avec le cyclope proviennent du film précédent, Kirk Morris ayant simplement été substitué à Gordon Mitchell pour les gros plans.







Dans le sympathique et décontracté Les Titans (Arrivano i Titani) de Duccio Tessari, Cadmos, le roi de Thèbes, fait éclater la colère de Zeus en se faisant proclamer Dieu par son peuple. De l'Olympe, le dieu des dieux lui envoie Kryos le chef des titans venu tout droit de l'enfer. Le film fait brièvement intervenir un cyclope qui remet à Kryos les éclairs de Zeus tout en baragouinant un langage totalement incompréhensible.









La même année, mais aux Etats-Unis cette fois, Edward Bernds réalise Les Trois Stooges Contre Hercule (The Three Stooges Meets Hercules) où les rois du slapstick, à bord d’une machine à remonter le temps, se retrouvent dans la Grèce antique et rencontrent Hercule qui va les aider à réparer quelques injustices. Dans leurs aventures, ils vont avoir à faire avec un cyclope bicéphale pas du tout commode. Samson Burke, un habitué du péplum qui a aussi incarné Maciste et Ursus, joue ici Hercule tandis que les jumeaux Marlin et Mike McKeever sont eux dans la peau d’Ajax et Argo, les siamois cyclopes.




Ajax et Argo, les siamois cyclopes.




A suivre...
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 18/07/2010, 14:25    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Dans un tout autre genre, Journey to the 7th Planet de Sidney Pink envoie une mission spatiale sur Uranus en 2001 (nous sommes en 1962, rappelez vous). Victimes d’un cerveau géant capable de contrôler leur esprit, les astronautes se croient attaqués par une créature humanoïde géante avec un œil unique au milieu du visage.











Malgré son titre, Aventura al Centro de la Tierra, réalisé en 1964 par Alfredo B. Crevenna, n’a pour seul rapport avec le roman de Jules Verne que le cadre de son action : d’immenses grottes naturelles du Mexique. C’est là que s’aventure un groupe de savants à la recherche d’une créature mystérieuse accusée de crimes. Outre ladite créature, un homme chauve-souris, ils croiseront brièvement dans ces dédales une sorte de cyclope et des lézards géants.







Toujours dans le cadre des aventures extraordinaires de Sinbad le marin, Ray Harryhausen innove encore et propose une créature hybride, combinaison d’un centaure et d’un cyclope dans Le Voyage Fantastique de Sinbad (The Golden Voyage of Sinbad) réalisé en 1974 par Gordon Hessler. Kerwin Mathews cède la place à John Phillip Law dans le rôle de l’intrépide marin qui doit se rendre sur l’île de Lemuria où coule la Fontaine de Vie. Une fois sur place, il doit déjouer les sortilèges de Koura le magicien qui est bien décidé à garder pour lui les secrets de Lemuria. Le sorcier lance contre Sinbad une idole de pierre représentant Kali, dont les six bras sont armés d’épées tranchantes. C’est ensuite un centaure à l’œil unique que doit affronter le héro. Ce cyclope assez primitif et armé d’une massue trouvera la mort dans un combat acharné avec un griffon.









Dix ans passent ensuite avant que nous retrouvions un cyclope dans Krull (1984), un film d’heroic fantasy dû à Peter Yates. La planète Krull est menacée par une créature monstrueuse, la "Bête", qui vit dans une cité de granit se déplaçant dans l'espace et le temps. Deux royaumes s'unissent pour la combattre: Colwyn, fils du roi Turold, épouse Lyssa, fille du roi Eirig. Le jour du mariage, la jeune fille est enlevée par les sbires de la Bête. Colwyn s'engage alors dans un parcours initiatique à la recherche de Lyssa. Il est guidé par un sage, Ylnyr, et sera aidé de plusieurs personnes au gré de ses rencontres : un cyclope, un sorcier, un prophète et la Veuve de la Toile. C’est un cyclope d’un type encore non exploité au cinéma qui vient faire son apparition dans le film de Peter Yates. En effet, sa créature est à rapprocher de la race des Arimaspès, évoquée plus haut, et qui présente des individus plutôt serviables et de taille humaine. Un autre point caractéristique de certains cyclopes de la mythologie est également évoqué pour la première fois dans ce film : la vision prophétique donné par l’œil unique.









La Revanche de Samson (Samson Dan Delilah), film indonésien de Sisworo Gautama Putra tourné en 1985, présente lui aussi un cyclope de taille humaine mais beaucoup moins sympathique que son prédécesseur. Dans l’Indonésie du 17e siècle, occupée par les Hollandais, Samson, un homme à la force colossale, doit se mesurer à de nombreux adversaires pour conquérir la femme qu’il aime. Celle-ci, nommée Delilah, est la fille d’un général hollandais qui ne voit pas cette union d’un très bon oeil. Parmi les mercenaires aux pouvoirs magiques engagés par ce dernier pour éliminer Samson, on retrouve un cyclope nommé Gobar, qui finira tranché en deux lors d’un très bref combat.







En 1997, Walt Disney, après avoir bien exploité le filon des contes pour enfants, s’empare de la Grèce antique avec son Hercule (John Musker & Ron Clements) qui foisonne de créatures mythologiques dont un cyclope très grassouillet à la taille démesurée.







Dans Austin Powers : l’Espion qui m’a Tirée (The Spy Who Shagged Me) que Jay Roach réalise en 1999, on aperçoit de façon fugace un phénomène de foire ayant les attributs du cyclope dans la toute dernière minute du film.





Enfin, en 2008, l’increvable Roger Corman décide d’exhumer la créature mythologique dans un péplum tout simplement appelé Cyclops, où un soldat romain du nom de Marcus ramène à Rome un imposant captif: le cyclope. Déchu par le cruel empereur Tibère (interprété par le trop rare Eric Roberts), Marcus se voit contraint d'affronter la créature dans l'arène, aidé par un intrépide barbare. Mais, contrairement à l'attente de Tibère, Marcus et le cyclope ne vont pas s'entretuer. Au contraire, révélant son humanité, le géant va s'allier au romain et lutter contre la tyrannie... Ce film réalisé par Declan O’Brien et tourné en Bulgarie dans les décors de la mini série Spartacus est sorti directement en vidéo malgré un budget « conséquent » (pour du Corman) de 10 millions de dollars. Fait nouveau, le cyclope est cette fois-ci réalisé entièrement en images de synthèses.







A suivre...
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 18/07/2010, 15:17    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

TELEVISION




Adaptée de l’œuvre d’Homer, L’Odyssée (Odissea, 1965) de Franco Rossi est une coproduction italo-franço-germano-yougoslave en 10 épisodes dont le 4ème, intitulé « Polyphème », présente la rencontre d’Ulysse avec le célèbre cyclope. Réalisé par Mario Bava, cet épisode est certainement le meilleur de la série et présente des effets spéciaux simples mais très convaincant. On retrouve Samson Burke qui interprète cette fois ci Polyphème en personne. Cet épisode inoubliable avait terrifié plus d’un jeune téléspectateur lors de sa diffusion et atteint des sommets inégalés de cruauté (le cyclope tue violemment et dévore devant nos yeux deux compagnons d’Ulysse !), ce qui, à l’époque, était du jamais vu au petit écran, le tout accompagné d’une trame sonore terriblement efficace et empreint de la facture visuelle de Mario Bava (éclairages aux couleurs primaires rouges et bleues, recours au grand angle et à la contre-plongée). Un grand moment de télévision !







No Place to Hide, l’épisode pilote de la série Lost In Space (1965) de l’incontournable Irwin Allen, présentait la famille Robinson, cryogénisée en 1997 pour les besoins d’un voyage dans l’espace. A son réveil, elle se retrouvait aux prises avec un cyclope sur une planète désertique. Cet épisode test n’avait finalement pas été diffusé sur les écrans à l’époque mais les scènes avec le cyclope ont été reprises dans le 4ème épisode de la série : There Were Giants in the Earth. Guy Williams, le Zorro inoubliable de notre enfance y tenait la vedette face à cette créature géante et carnivore.











La série Hercule débuté en 1995 avec Kevin Sorbo dans le rôle titre se devait bien évidement de présenter un cyclope parmi l’imposant bestiaire proposé. C’est chose faite dès le deuxième épisode de la saison 1 (Le Cyclope / Eye of the Beholder) où Hercule apprend que des villageois sont menacés par le géant Cyclope qui a détourné leur approvisionnement en eau pour irriguer ses vignes...







Polyphème fait ensuite son retour en 1997 dans un téléfilm de près de 3 heures qui illustre le récit d’Homère : L’Odyssée (The Odyssey). Cette luxueuse production de Francis Ford Coppola réalisée par Andrei Konchalovsky bénéficie de la présence du grand Christopher Lee tandis qu’Armand Assante incarne le valeureux Ulysse, héros de la Guerre de Troie, qui après avoir défié les Dieux, déchaîne la colère de Poséidon. Celui-ci condamne Ulysse à errer sur les flots pour l'éternité, l'empêchant de regagner son royaume d'Ithaque. Une malédiction qui va modifier l'itinéraire d'Ulysse, l'entraînant dans un voyage semé d'embûches: des cyclopes aux monstres charybde et scylla en passant par sa fascinante descente aux enfers.....
Malgré des effets spéciaux plus performants, la nouvelle incarnation de Polyphème peine à faire oublier le cyclope qu’affrontait Ulysse dans la série de Franco Rossi, la faute sans doute à une séquence trop vite expédiée, là où l’épisode de Mario Bava prenait le temps de développer l’infortune des grecs et d’installer un climat angoissant. Ajoutez à cela un look de bon gros bébé au crâne dégarni, et ce Polyphème est loin d’inspirer la crainte suscitée par ses prédécesseurs.







Dans la série Les Aventures de Sinbad et l’épisode « Le Cyclope / The Bully », Sinbad apporte son aide à son ami, le sultan de Basra, pour éliminer le gigantesque cyclope. Ce dernier a déjà dévoré tous ses hommes et s'apprête à avaler tout un village près de Basra...







A suivre...
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 27/07/2010, 22:51    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Variations sur le thème


Ernest B. Schoedsack réalise en 1940 Dr. Cyclops, dans lequel un groupe de scientifiques part au Pérou rejoindre le Docteur Thorkel qui travaille à la désintégration nucléaire. Après quelques jours de collaboration, Thorkel devient soudain taciturne et demande à ses hôtes de partir. Devant le refus de ces derniers, il utilise contre eux une découverte fantastique : un rayon condensateur à base de radium qui les réduits à la taille de lilliputiens... Si le docteur Thorkel n’a pas grand-chose à voir avec les cyclopes de la mythologie - hormis le fait qu’il passe pour un géant au regard des humains qu’il a miniaturisé – la fin du film s’en rapproche néanmoins dans la mesure où le savant, qui a brisé ses lunettes, est rendu presque complètement aveugle et cherche en tâtonnant les minuscules humains qui en profitent pour s’enfuir.









C’est ensuite une bien curieuse créature à laquelle est confronté Walter Pigeon et son équipage dans The Atomic Submarine (1959) de Spencer Gordon Bennett. A bord de son sous-marin atomique ultramoderne, le commandant Richard Holloway doit se rendre dans l'Océan Arctique pour y enquêter sur de terrifiants évènements et des disparitions inexplicables de navire. Arrivé sur place, il va découvrir la présence d'une soucoupe volante submersible pilotée par un monstre cyclopéen qui a pour ambition de conquérir le monde !









Dans Persée l’Invincible (Perseo l’Invincibile, 1963) de Alberto De Martino, le valeureux Persée doit affronter un titanesque monstre marin ainsi qu’une méduse pour le moins bizarroïde : en lieu et place d’une femme à la chevelure de serpents, on nous propose une créature tenant à la fois du tronc d’arbre pour le corps et d’une pieuvre pour les tentacules ornant sa tête, au milieu de laquelle se trouve un œil unique, rappelant cette fois-ci le cyclope.





Une créature similaire apparaît dans un des épisodes les plus terrifiant de Cosmos 1999, « Le Domaine du Dragon » (1976).





En 1983 Charles Band s’empare à son tour du mythe avec son Metalstorm : La Tempète d'Acier (Metalstorm: The Destruction of Jared-Syn). Sur la planète Lemuria, le policier Jack Dogen tente d'arrêter Jared-Syn, un dangereux criminel qui incite les Cyclopes et les Nomades à la révolte. Le fils de ce dernier, Baal, est un monstre mi-homme mi-machine, doté d'un bras mécanique capable d'injecter un venin mortel à ses ennemis.



Le Cyclope de la Mer, court métrage d’animation de Stéphane Julien réalisé en 1998 a pour personnage principal un être à l’œil unique. Pour tromper sa solitude, le cyclope de la mer, Ro, gardien de phare, a fabriqué une colonie d'êtres de bois et de liège qu'il anime chaque matin. Son amitié pour un poisson échoué lui fait oublier ses personnages, ce qui provoque une catastrophe.





La franchise X-Men, débuté en 2001, suit les aventures d’un groupe de super-héros mutants dont le chef d’équipe se nomme Cyclope. De son vrai nom Scott Summers, celui-ci à la faculté d’envoyer des rafales d’énergie avec ses yeux mais, incapable de maîtriser seul son pouvoir, il est obligé de porter en permanence une visière ou des lunettes en quartz de rubis, seule matière qui puisse retenir ces rafales.





Dans Monstres & Cie de Pete Docter, David Silverman et Lee Unkrich (2002), Monstropolis est une petite ville peuplée de monstres dont la principale source d'énergie provient des cris des enfants. Monstres & Cie est la plus grande usine de traitement de cris de la ville. Grâce au nombre impressionnant de portes de placards dont dispose l'usine, une équipe de monstres d'élite pénètre dans le monde des humains pour terrifier durant la nuit les enfants et récolter leurs hurlements. Parmi cette fine équipe, Robert Razowsky (alias Bob) est un globe oculaire géant qui a l'aspect d'un mini cyclope vert. Bob n’est pas né avec une très bonne vue, alors il doit porter une lentille de contact grande comme une assiette à soupe !





Dans Monstres contre Aliens (Monsters vs Aliens, 2009)de Rob Letterman et Conrad Vernon, la jeune Susan Murphy reçoit sur la tête… une météorite qui la transforme en un monstre de plus de 20 mètres. L'armée entre promptement en action, neutralise la géante et l'incarcère dans une prison top secrète. Rebaptisée Génormica, Susan fait connaissance avec ses compagnons d'infortune : le brillant Dr Cafard, à tête d'insecte, l'hybride macho de singe et de poisson appelé Maillon Manquant, le gigantesque Insectosaure et l'indestructible Bob, une masse gélatineuse d'où émerge un oeil unique.





FIN
Revenir en haut
Titou.65
Brontosaure

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2007
Messages: 471
Localisation: Hautes Pyrénées
Point(s): 470
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 28/07/2010, 00:13    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Wow !!! le méga dossier de l’espace que tu nous as fait !!!!

C’est tout simplement énorme. Un vrai régal à lire.
En plus notre ami Skull agrémente ses post de superbes photos, ce qui n’est pas pour me déplaire.
Continue comme ça et ça sert plus à rien que je m’achète des livres…
Revenir en haut
Blanol
Indigène

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2010
Messages: 106
Localisation: Suisse
Point(s): 106
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 28/07/2010, 19:41    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Juste pour rire, un autre représentant de la famille...





:boulet:
-----------------
Il n'y a qu'un King Kong et c'est celui de 1933... Mais j'aime tellement l'affiche de 1976 !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
resinkit
Marin

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juil 2007
Messages: 28
Localisation: Angers
Point(s): 17
Moyenne de points: 0,61

MessagePosté le: 04/10/2010, 16:09    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Waoouw super dossier!!
Cela faisait un tit bout de temps que je n'avais pas trainé par ici mes bottes.
Bravo
-----------------
Fan de garage kits depuis 20 ans et spécialement de notre ami à fourrure!!!
Echange, vend, achète et répare tous model kits et statues.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 640
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 680
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 13/06/2011, 22:14    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Je viens de tomber sur un incroyable specimen pour compléter ce dossier. Shocked

En tout cas, un sérieux candidat au titre de cyclope le plus improbable, digne de figurer dans le peloton de tête des Craignos Monsters !

Ce fier individu apparait dans The Lost Skeleton Returns Again, une comédie américaine réalisée en 2009 par Larry Blamir. Il s'agit de la suite de The Lost Skeleton of Cadavra (2004) du même réalisateur.



Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 1 988
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 907
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 17/10/2011, 08:37    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Ce fort joli cyclope bon-pied bon-œil apparaît pour sa part dans le sympathique Jack Brooks, Tueur de Monstres (2007), film-hommage aux petites productions horrifiques des années 80 où des gloumoutes en latex étripaient le casting en attendant patiemment que les images de synthèse viennent prendre la relève une décennie plus tard. Si l'œuvre pâtit du manque de charisme de son acteur principal, elle est en revanche auréolée de la prestation de Robert Englund, dont le cabotinage truculent confine par moment au génie.


Au réveil, le cyclope a souvent le gourdin.

J'en profite au passage pour téléporter cet excellent dossier dans la nouvelle section Les Autres Monstres, où il sera désormais plus à sa place.
Revenir en haut
Q5
Megaprimatus Kong

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2011
Messages: 1 115
Point(s): 1 087
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: 09/11/2011, 13:44    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Des cyclopes apparaissent dans le film Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique lors de la bataille finale.

Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 1 988
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 907
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 09/11/2011, 15:35    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

C'est ma foi vrai : j'ai compté et il n'a bien qu'un œil !

Revenir en haut
Q5
Megaprimatus Kong

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2011
Messages: 1 115
Point(s): 1 087
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: 11/04/2012, 19:38    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Trois cyclopes apparaîssent dans le récent La colère des Titans.






Dernière édition par Q5 le 10/05/2015, 11:34; édité 1 fois
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 1 988
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 907
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 17/10/2013, 08:52    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Un cyclope cool, branché, beau gosse et néanmoins complexé (il porte des lunettes de soleil !) apparaît dans le tout pourri Percy Jackson - La Mer des Monstres.




Ce jeune ado au look grungy n'est autre que le demi-frère de Percy Jackson.
Comment ça on s'en fout ?

 



Heureusement, un de ses congénères un peu plus couillu intervient un peu plus tard dans le récit.




Le port des dreadlocks semble particulièrement à la mode chez les cyclopes en 2013
 
Revenir en haut
Savin
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2013
Messages: 1 548
Localisation: France
Point(s): 1 550
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 15/11/2013, 14:13    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN Répondre en citant

Super ton dossier sur "LES CYCLOPES A L'ECRAN" !

Je l'ai trouvé très intéressant

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:11    Sujet du message: LES CYCLOPES A L'ECRAN

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Les autres Monstres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation