top

Yeti le geant d'un autre monde

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE : L'UNIVERS DE KING KONG -> Les films
Auteur Message
Geekboys54
Capitaine

Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2011
Messages: 97
Localisation: Aigues-Mortes
Point(s): 97
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 23/12/2011, 16:20    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Je voulais savoir si vous connaissez se film Italien qui voulait surfer sur la vague singe géant des années 70s.
En tout cas sa a l'air d’être un bon petit nanar.
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 16/07/2013, 18:30    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant





YETI, LE GEANT D’UN AUTRE MONDE



Autres titres :
Yeti, The Giant of the 20th Century (titre international)
Yeti, il Gigante del 20. Secolo (titre italien original)
Yeti, L'Abominevole Uomo delle Nevi (titre italien alternatif)
Yeti (USA)
Ice Man
Big Foot - US advertising title
Yeti, Der Schneemensch Kommt (Autriche)
Yeti, De Verschrikkelijke Sneeuwman (Pays Bas)
Yeti le Géant d'un Autre Monde (France)

Italie / 1977 / Couleur / de 90 à 118 mn.
Réalisation : Frank Kramer (Gianfranco Parolini)
Produit par : Nicolò Pomilia, Wolfranco Coccia & Stefano Film
Scénario : Gianfranco Parolini, Marcello Coscia, Mario di Nardo
Musique : Sante Maria Romitelli
Directeur de la photographie : Sandro Mancori
Costumes & décors : Claudio de Santis
Effets spéciaux : Ermanno Biamonte

Interprètes :
Phoenix Grant (aka Antonella Interlenghi) (Jane)
Mimmo Crau (aka Mimmo Craig) (yeti)
Jim Sullivan (Herbie)
Tony Kendall (aka Luciano Stella) (Cliff Chandler)
Cliff Robert
John Stacy (le professeur Henry Wassermann)
Eddie Faye (aka Edoardo Faieta) (Morgan Hunnicutt)
Steve Elliot (aka Stelio Candelli)
Loris Bazoky (aka Loris Bazzocchi)
Donald O'Brien (Sgt. Stricker)
Aldo Canti
Francesco D'Adda
Giuseppe Mattei
Claudio Zucchet
Stefano Cedrati
Agostino Scuderi
Indio (le chien)

Date de sortie : 23 décembre 1977 (Italie) / 11 Juin 1980 (France).






Morgan Hunnicut est le tout puissant titulaire de la Hunnicut Corporation, un véritable empire commercial qui à son siège à Montréal. Le milliardaire a créé une base au Groenland pour les recherches minières. Sur place, le petit-fils de Hunnicut, Herb, devenu muet après la mort de ses parents dans un accident d’avion, découvre un jour une gigantesque créature hibernée dans un iceberg. Il s’agit d’un yéti, l’abominable homme des neiges, conservé dans la glace pendant des millions d’années. Hunnicut charge le professeur Wassermann de conduire des recherches sur cette incroyable créature qu’un tremblement de terre a probablement libérée de son iceberg qui s’est brisé et a fini par dériver jusqu’à la base. Hunnicut entrevoit aussitôt le potentiel commercial du yeti et décide d’en faire l’emblème de sa société.

Herb, qui a pour seul ami un chien nommé Indio, assiste avec sa sœur Jane à « l’opération yeti », censée faire revenir à la vie la gigantesque créature. Libéré de sa prison de glace à l’aide d’énormes lance-flammes, le yeti est ensuite placé dans un container fait d’acier et de plexiglas puis transporté via un hélicoptère jusqu’à une altitude de 10,000 pieds où il pourra respirer un air proche de son environnement naturel de l’Himalaya. Lorsque le géant vieux d’un million d’années s’éveille dans le 20e siècle, il pousse un cri qui secoue l’hélicoptère. De retour sur le sol de la base, le yeti ne met pas longtemps à briser ses liens et s’extirpe de son container devant les scientifiques et les paparazzis paniqués. Mis en danger par ce soudain mouvement de foule, Herb et sa sœur Jane sont sauvés par le géant qui les emporte au loin. Ayant trouvé refuge dans l’immensité des paysages sauvages du Canada, la créature se met en quête de nourriture pour ses nouveaux amis. Alerté par le chien de Herb, le professeur Wasserman ne tarde pas à retrouver la trace de la créature qui accepte de regagner le camp de la base. Le yeti a visiblement adopté les deux enfants qu’il considère désormais comme sa famille. Pendant ce temps là le milliardaire n’a pas perdu de temps et lance une campagne publicitaire agressive à travers tout le pays. Mais tout ce remue ménage autour du yéti attise les convoitises d'un consortium constitué de rivaux de Hunnicut qui décident de prendre Cliff comme chef.





Le yéti est enchaîné dans son container qui a été réparé et survole les chutes du Niagara à destination de Toronto où l’attend une parade pour célébrer sa venue. Sa première apparition publique se fait en haut d’un hôtel appartenant à Hunnicut mais, comme on pouvait s’en douter, les flashes des photographes le font sortir de ses gonds. Le mouvement de panique qui s’ensuit entraîne Jane dans un ascenseur extérieur. Quand le sol de la cabine endommagée s’affaisse, Jane se retrouve suspendue 32 étages au dessus du sol. Pour sauver la jeune fille, le yeti redescend jusqu’au pied de l’hôtel et à juste le temps de la rattraper alors qu’elle allait faire une chute mortelle. En dépit de sa taille qui le fait difficilement passer inaperçu, le yeti arrive à échapper à la police et se réfugie dans un hangar. Hunnicut envoie le professeur Wasserman à la recherche de ses petits enfants et du yéti, dont la vie est menacée par deux abrutis à la solde de Cliff. Après les avoir localisé, le professeur déduit que le yéti ne peut survivre plus de dix minutes sans un apport d’oxygène mais ce diagnostique sera le dernier de Wasserman, battu à mort par les hommes de Cliff devant le yéti incapable d’intervenir. Après avoir reçu une dose d’oxygène, la bête se débarrasse des deux hommes mais Cliff en profite pour kidnapper les deux enfants et met le meurtre du docteur sur le dos du yeti. En tentant de venir à l’aide de Herbie, Indio reçoit un coup de couteau.

Alors que Jane est en mauvaise posture entre les mains de Cliff, le yeti fracasse le mur du bâtiment pour la secourir mais Cliff a le temps de prendre Herbie en otage. Alors qu’il s’échappe en compagnie de ses hommes le long d’une route de montagne, le yeti balance un arbre sur une des voitures, un rocher sur l’autre, et attend au sommet de la colline le dernier véhicule qui transporte Herbie. A la vue de la créature, les hommes sont tellement effrayés qu’ils s’enfuient en courant et tombent dans un précipice. Après avoir mis Herb en sécurité, le yeti se tourne alors vers Cliff qui essaye de l’éliminer à l’aide d’un engin de construction. Bien mal lui en prend et il devra subir le courroux de la créature. Avant que la police ne débarque pour abattre le yéti, Jane enjoint la créature à regagner les montagnes et la forêt pour reprendre sa vie sauvage, loin de toute l’agitation humaine. La larme à l’œil, le yeti retourne vers les étendues glacées du nord.





Mais tout n’est pas terminé. Tel le phœnix renaissant de ses cendres, l’héroique Indio fait son apparition. Le meilleur ami de l’homme et son maitre sont réunit dans une scène dont le ridicule est à pisser de rire. Le garçon et son chien courent cote à cote dans une scène au ralenti digne des pires montages de romances à l’écran.





Au milieu des années 70, à grand renfort d’annonces et de publicités tapageuses, le producteur et génie du marketing (il faut bien lui accorder au moins ça) Dino De Laurentiis réussit à convaincre la quasi-totalité de la planète qu’il fallait aller voir son remake à gros budget de King Kong. D’un seul coup, les singes géants avaient le vent en poupe et pour profiter de toute cette publicité, des producteurs de tout pays tentèrent de mettre sur pied leurs versions du mythe. C’est ainsi qu’après A*P*E, Queen Kong, the Mighty Peking Man et quelques autres, sort ce Yeti, le Géant du 20ème Siècle, concocté par une équipe italienne. D’ailleurs, à l’instar de Mighty Peking Man en Chine, Yeti… semble être le seul film de monstre géant produit en Italie. A l’époque maîtres incontestés de la copie bon marché et ce jusqu’à la fin des années 80, les italiens ont produits une myriade de films calqués sur les succès hollywoodiens du moment. On ne compte plus les sous Mad Max, Alien, Terminator, ou encore Conan, bricolés à la va-vite dans l’espoir d’une diffusion outre-Atlantique. Le film garde les grande lignes de King Kong avec son monstre préhistorique ramené à la civilisation mais, plus avisés que certains de leur confrères, les producteurs font de la créature géante un yeti, sans doute dans l’espoir de s’éviter un procès de la part de Dino De Laurentiis, comme ce fut le cas avec Queen Kong.

Ceci n’empêcha pas les scénaristes Mario Di Nardo (5 Filles dans une Nuit Chaude d’Eté) et Marcello Coscia (Le Massacre des Mort-vivants), tout deux chapeautés par le réalisateur Gianfranco Parolini (caché sous le pseudo de Frank Kramer), de piller sans vergogne certains éléments du remake de John Guillermin. La campagne publicitaire lancée par Hunnicut avec son « Mettez un yéti dans votre réservoir » est ainsi calquée sur les slogans de la Petrox dans le King Kong de 1976, eux même sans doute inspirés par Esso et son célèbre « Mettez un tigre dans votre moteur » en 1965.

Le tournage s’est déroulé en Italie et à Toronto, au Canada. Visiblement destiné aux enfants ou tout du moins à un public familial, le film ne s’embarrasse pas d’une violence excessive et la morale est sauve : Cliff et ses hommes sont châtiés et le yeti peut retrouver les étendues glacées qu’il affectionne. Si l’on considère le nombre d’effets spéciaux sur Yeti, le Géant d’un Autre Monde, il semble que les producteurs étaient complètement investis dans ce projet mêlant fantasy et aventure, traité sur un ton sérieux. Le nombre d’incrustations sur fond bleu montre bien la volonté de faire mieux que la plupart des autres copies miséreuses de King Kong qui fleurirent à peu près au même moment. Ceci étant, tous les efforts et le temps consacrés à bricoler ces effets ne veulent pas dire pour autant qu’ils sont réussis, ce qui est finalement une bonne chose pour tous les amateurs de cinéma bis ou trash qui apprécient de voir un acteur dans un costume de singe piétiner des maquettes. Malgré quelques effets qui fonctionnent plutôt bien, la plupart sont de mauvaise qualité. Dans une scène, le manteau bleu de Herbie change comme par magie de couleur. Ceci s’explique par le fait que ce blouson aurait été rendu invisible devant un écran bleu et il a donc été remplacé par un autre de couleur différente.

Ermando Biamonte (déjà responsable des effets consternant de l’Homme Puma) s’est chargé des trucages avec son équipe et le moins que l’on puisse dire est que le résultat n’est pas à la hauteur des espoirs des producteurs. Les incrustations du yéti sont généralement ratées, les transparences hideuses. Les miniatures, qui se résument à un toit d’hôtel, quelques murs effondrés et une voiture passent un peu mieux mais restent loin de la perfection. Selon les plans, le yéti change constamment de grandeur (50 m, 30 m, 10 m) mais il faut dire que c’est une constante dans tous les films de singe géant. Même le chef d’œuvre du genre, le King Kong original de 1933, réadapte à sa guise la taille du primate selon les scènes.

Un yeti grandeur nature a également été fabriqué pour les besoins de certaines scènes en extérieur mais il s’avère encore plus ridicule que le robot géant construit pour le remake de De Laurentiis. Dans les deux cas, les deux modèles n’apparaissent que très brièvement, et toujours de dos dans le cas du yeti. Une main géante mécanique ainsi qu’une jambe ont également été utilisées mais si leur aspect reste correct, elles n’en sont pas moins totalement immobiles, réduisant grandement leur efficacité.











Niveau incongruités, le film se pose là. Le container dans lequel on transporte le yeti ressemble comme deux gouttes d’eau à une cabine téléphonique anglaise. Quand Jane pose sa main sur la poitrine de la créature, celle-ci semble apprécier ce geste car ses tétons deviennent durs et se mettent à enfler. Puis quand la jeune fille utilise une bombe géante de spray pour soigner les blessures du yéti, il lui fait les yeux doux La petite a des doigts de fée, qu’on se le dise ! Plus tard, le yéti utilise les arrêtes du poisson qu’il vient de manger pour peigner les cheveux de Jane. Moi je vous le dis, il se passe un truc pas net entre les deux.






La campagne publicitaire lancée par Hunnicut apporte elle aussi son lot de moments fun. Le milliardaire, qui s’est diversifié dans toutes les branches imaginables de l’industrie, n’est pas avare de formules chocs. Dans une station service, les automobilistes découvrent son nouveau slogan : « Mettez un yéti dans votre réservoir pour une puissance phénoménale ». Des t-shirt frappés du logo « kiss me yeti » sont également proposés. Lors de la parade organisée pour l’arrivée tant attendue du yéti à Toronto, le groupe « Yetians » entame une version disco du thème de la B.O. « He is sooo big, the man of snow. But he won’t harm you, the Yeee-tiii », mdr.

Comme son illustre modèle, le yéti n’aime pas les flashes des journalistes et pique une grosse colère. Le souci est que l’action se passe en extérieur et en plein jour, d’où l’inutilité de tels accessoires. Les derniers instants des hommes de Cliff valent également leur pesant de cacahuètes. Alors que le premier fait une chute en essayant d’échapper à la colère du yeti, le deuxième est victime du pied de la créature qui, au lieu de l’écraser, l’étrangle entre ses orteils velus !


La photographie de Sandro Mancori est aussi peu inspirée que la musique de Sante Maria Romitelli qui pompe sans vergogne le Carmina Burana de Carl Orf avant de proposer une variation du thème de John Barry composé pour le King Kong de 1976 puis de commettre une horrible version pop du thème principal interprété par les Yetians !





Le casting est plutôt insipide, peu aidé il est vrai par des doublages vraiment atroces qui ne permettent pas de juger avec objectivité la performance des comédiens. Antonella Interlenghi (cachée ici sous le pseudo de Phoenix Grant) est sans doute la plus connue du lot pour avoir interprété Emily dans le City of the Living Dead de Lucio Fulci trois ans plus tard. Tony Kendall, qui a œuvré dans à peu près tous les genres du cinéma, trouve là un de ses derniers rôles. Celui qui ressort du lot est incontestablement Mimmo Crao (ou Mimmo Craig) dont la carrière inclue aussi une vingtaine de films et la mini série Jesus de Nazareth réalisée juste avant yeti…. Il livre une prestation passionnée et joue l’émotion dans les extrêmes mais sa performance est gâchée par des bruitages ridicules et une coupe de cheveux qui ferait pâlir Tina Turner.

Un petit malin a même fait remarquer que son costume était moins inspiré par les divers Kong du cinéma que par le look de Jeff Bridges dans le remake de John Guillermin. M’enfin !

Selon les pays où il fut distribué, le film affiche des durées variables, de 96 mn environ pour la version internationale à 118 mn pour l’Italie. Nos voisins transalpins ont donc eu droit à un peu plus de 20 mn supplémentaires mais leur contenu reste un mystère total.


Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 21/07/2013, 18:17    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

MATERIEL PROMOTIONNEL


AFFICHES



Italie



Italie



Italie



Italie



Espagne



Belgique



Allemagne



Allemagne



USA
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 21/07/2013, 18:33    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

LOBBY CARDS FRANÇAISES



















Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 21/07/2013, 18:47    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

LOBBY CARDS ALLEMANDES































Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 712
Localisation: Skull Island
Point(s): 634
Moyenne de points: 0,89

MessagePosté le: 21/07/2013, 19:37    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

Eh beh ! Ça en fait des dérivés pour un nanar pareil !
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 21/07/2013, 22:24    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

Et ce n'est pas fini !!!


fotobusta


fotobusta


lobby card mexicaine


fiche technique française


fiche technique allemande


B.O. en vinyle


B.O. en CD


revue allemande


fan-art
Revenir en haut
SKULL.ISLAND
Empire State Building

Hors ligne

Inscrit le: 03 Aoû 2008
Messages: 1 632
Localisation: Haute-Vienne
Point(s): 1 672
Moyenne de points: 1,02

MessagePosté le: 21/07/2013, 23:02    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

VIDEOS




Notre bonne vieille VHS française sortie chez Les Productions du Tigre.


VHS américaine


VHS anglophone


VHS allemande


VHS américaine


VHS italienne


super-8 allemand




4 VHS espagnoles
Revenir en haut
Q5
Megaprimatus Kong

Hors ligne

Inscrit le: 12 Mai 2011
Messages: 1 115
Point(s): 1 087
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: 22/07/2013, 10:23    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde Répondre en citant

Perso, je trouve que ce film est loin d'être le pire parmi tous les plagiats de King Kong. Le scénar est correct (il y a bien quelques invraissemblances mais pas trop non plus), les acteurs sont convenables (pas tous cela dit) et si on est tolérant on peut passer un bon moment. Le principal problème du film, c'est surtout ses effets spéciaux (même si eux aussi sont loin d'être les pires dans un film qui plagie King Kong. D'ailleurs, quelques scènes sont à peu près réussies).
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:12    Sujet du message: Yeti le geant d'un autre monde

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE : L'UNIVERS DE KING KONG -> Les films Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation