top

MONSTERPOCALYPSE
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Jeux
Auteur Message
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 30/08/2013, 11:29    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
MONSTERPOCALYPSE
Matt Willson
2008

                                 

                                 
Si, la technologie aidant, il est à présent possible de présenter des jeux vidéo extrêmement réalistes et dynamiques ayant pour thème le kaiju eiga (reconstituer des villes entières en 3D, au sein desquels des bestioles géantes vont tout casser, n'est aujourd'hui plus un problème), il n'en a jamais été de même pour les jeux de plateau et de figurines. En effet, la contrainte matérielle de reconstituer une cité miniature pour y faire s'esbaudir nos chers monstres a toujours été un rempart difficilement franchissable, et rares furent les jeux qui parvinrent avec succès à rendre l'ambiance de destruction massive si jouissive et délirante que l'on trouve dans les films nippons. C'est donc le pari fou et suicidaire qu'a tenté de relever la société américaine Privateer Press en 2008 avec la sortie de Monsterpocalypse. Le kaiju eiga aurait-il enfin trouvé son chef-d'œuvre ludique ?

                                 
King Kong contre Godzilla ? Presque : Garuka contre Terra Khan !
                                 

L'apocalypse des monstres
Monsterpocalypse permet de faire s'affronter deux énormes pachydermes dotés de tout un tas de pouvoirs dévastateurs au cœur de villes humaines dont le destin est de finir à l'état de champs de ruines. Les monstres sont représentés par des figurines que les joueurs font évoluer sur des cartes en couleurs dotées de cases et agrémentées de divers bâtiments en plastique qui auront été au préalable disposés sur la surface de jeu. En outre, chaque joueur dirige également une myriade de petites unités qui, virevoltant aux pieds des titans, vont apporter leur soutien à la créature qu'elles accompagnent tout en harcelant le camp adverse. Le premier monstre à abattre son ennemi remporte la victoire.


                                 
Le décor est planté, les monstres s'observent... Ça va saigner !
                                 

Avant d'aborder le système de jeu en lui-même, impossible de ne pas s'arrêter un instant sur son univers, tant celui-ci est un véritable concentré de tous les clichés du genre : c'est bien simple, dans Monsterpocalypse, quasiment tout ce que le kaiju eiga a pu produire en un demi-siècle se trouve représenté, le jeu se payant même le luxe de quelques incursions dans des genres voisins afin de proposer encore plus de créatures ! Dinosaures atomiques, robots rutilants bardés de missiles et de rayons, gorilles démesurés et furieux, abominations d'outre-espace, karatékas géants aux costumes bariolés… Quels que soient vos goûts, vous trouverez chaussure à votre pied. Évidemment, en contrepartie, le contexte de Monsterpocalypse ne brille guère par son originalité : en gros, des machins géants se mettent à sortir de partout et à tout détruire, et l'humanité se met à produire des bidules touts aussi géants pour leur tenir tête… Hé oui, exactement comme dans le film Pacific Rim de Guillermo del Toro ! Lequel ne s'est d'ailleurs pas privé pour piquer quelques idées à Monsterpocalypse au passage, les similitudes entre les deux univers étant flagrantes. Une poignée de comics assez quelconques furent bien édités pour tenter d'étoffer un peu tout ça, mais rien de bien folichon : tout comme les films dont il s'inspire, Monsterpocalypse ne fait pas dans la dentelle et s'intéresse avant tout à la castagne. En conséquence, mieux vaut vous présenter les diverses forces en présence (appelées factions), ça sera beaucoup plus parlant :

La G.U.A.R.D.
                                
Des robots gigantesques équipés d'armes futuristes construits par les plus grands savants de toutes les nations humaines. Leur mission : éradiquer toute créature géante où qu'elle apparaisse sur la planète, même s'il faut pour cela raser une ville ou deux.

                                
Source d'inspiration : Mazinger Z, Goldorak, Robotech et tout ce que la japanimation compte de mecha.




Les Terrasaurs
                                
Des dinosaures géants hostiles à la pollution, accompagnés d'une horde d'éco-terroristes qui les suivent à la trace partout sur le globe.

                                
Source d'inspiration : Le Monstre des Temps Perdus, Godzilla, Rodan et tout ce que le kaiju eiga compte de reptiles géants.




                                
Le Syndicat du Soleil d'Ombre (Shadow Sun Syndicate)
                                
Des ninjas cybernétiques capables de grandir jusqu'à plusieurs dizaines de mètres de haut, régis par une obscure mafia nippone dont les motivations réelles restent mal déterminées.

                                
Source d'inspiration : Ultraman, Bioman, Power Rangers et tout ce que la télé nippone compte de super sentai.




Les Mangeurs de Mondes (Planet Eaters)
                                
De grotesques extraterrestres bedonnants touts en pinces et en griffes, dont le but dans l'existence est de détruire toute vie sur les planètes assez infortunées pour croiser leur route.

                                
Source d'inspiration : tous les monstres caoutchouteux que la télé et le cinéma nippons engendrent par centaines depuis des décennies.




                                
La Menace Martienne (Martian Menace)
                                
Une armada de soucoupes et de tripodes en provenance de la planète rouge, avec pour but la colonisation de la Terre et l'extermination de ses habitants.

                                
Source d'inspiration : La Guerre des Mondes, Les Soucoupes Volantes Attaquent, Independance Day et tout ce que le cinéma compte de films d'invasions extraterrestres.




Les Seigneurs de Cthul (Lords of Cthul)
                                
D'indicibles horreurs tentaculaires venues d'une autre dimension, appelées dans notre monde par les rituels impies de quelque adorateurs déments.

                                
Source d'inspiration : les écrits d'Howard Phillips Lovecraft et ceux consacrés au Mythe de Cthulhu en particulier.




L'Empire des Singes (Empire of the Apes)
                                
Des primates géants désirant libérer la planète du joug destructeur de l'Homme, quitte pour cela à récupérer et à utiliser ses propres armes contre lui.

                                
Source d'inspiration : King Kong (versions américaines et japonaises), La Planète des Singes, Monsieur Joe et tous les singes rebelles et/ou géants du cinéma.




                                
Les Champions Élémentaires (Elemental Champions)
                                
Des moines guerriers vivants reclus dans les montagnes japonaises, dont les pouvoirs magiques permettent de maîtriser le feu, l'eau, la terre et le vent, et qui peuvent prendre la forme de divinités élémentaires titanesques grâce à d'antiques armures sacrées.

                                
Source d'inspiration : Mahou Sentai Magiranger/Power Rangers : Force Mystique et autres super sentai à la sauce mystique.




Le Soulèvement Souterrain (Subterran Uprising)
                                
D'horribles créatures cavernicoles dotées d'extensions biomécaniques destinées à percer, forer et creuser le sous-sol de notre planète où s'étend leur domaine. Leur prochaine étape : la conquête de la surface !

                                
Source d'inspiration : le monstre Megalon et le royaume souterrain de Seatopia dans Godzilla contre Megalon, et dans une moindre mesure les Morlocks de La Machine à Explorer le Temps.




Les Essaims Sauvages (Savage Swarms)
                                
Des insectes mutants devenus gigantesques sous l'influences des radiations et dont les nuées innombrables se jettent sur les villes du monde entier pour assouvir leur insatiable voracité.

                                
Source d'inspiration : La Chose Surgit des Ténèbres, Des Monstres Attaquent la Ville, Tarantula! et tout ce que le cinéma compte d'insectes et d'arachnides géants.




Les Tritons
                               
Un empire sous-marin dont les énormes créatures pisciformes et crustacéennes se ruent à l'assaut des côtes afin de submerger définitivement les continents et étendre leur domination à l'ensemble de la planète.

                               
Source d'inspiration : 20 000 lieues sous les Mers, Le Monstre Vient de la Mer, Atragon, Ebirah contre Godzilla, Un Cri dans l'Océan et tout ce que le cinéma compte de monstres marins.




Ubercorp International
                               
Une compagnie privée spécialisée dans la cybernétique qui met au point les répliques robotisées des monstres géants afin de mieux les affronter, mais dont les objectifs commerciaux semblent parfois primer sur la mission de protection des populations.

                               
Source d'inspiration : Godzilla contre Mecanik Monster, La Revanche de King Kong, Godzilla X Mechagodzilla et toutes les versions robotiques de monstres géants que compte le cinéma nippon.




Bref, ce n'est pas le choix qui manque, et il est peu probable que le fan de kaiju ne trouve pas l'armée de ses rêves parmi les douze factions proposées.




Terra Khan affronte Zor Raiden en plein centre-ville : les impôts locaux risquent d'augmenter l'année prochaine !

                              



Le système de jeu
Comme évoqué ci-dessus, Monsterpocalypse se joue avec des figurines représentant les monstres, les unités qui les escortent et les divers bâtiments qui constituent la ville. Toutes les figurines ont la particularité d'avoir l'intégralité de leurs caractéristiques et compétences spéciales imprimées directement sur leur socle sous forme de pictogrammes et de chiffres, ce qui permet d'éviter d'avoir recours à des fiches ou aux règles en cours de jeu.



Toutes les caractéristiques d'une figurine sont résumées sur son socle
                              

Chaque joueur est autorisé à n'avoir qu'un seul monstre (bien que celui-ci apparaissent en réalité sous deux formes, voir plus loin) et jusqu'à quinze unités dans sa force. Les unités sont elles-mêmes réparties en troupes de base et en troupes d'élites, plus rares mais dotées de meilleures capacités et améliorant souvent les performances des unités alentour. Les figurines qui appartiennent toutes à la même faction fonctionnent en général mieux ensemble, mais rien n'interdit à un joueur de mélanger des figurines issues de différentes factions dans sa sélection, bien que cela rende leur déploiement plus délicat.


On différencie les unités de base des unités d'élite à leur peinture légèrement différente :
à gauche, un Constrictor de base, à droite, un Constrictor d'élite (faction des Mangeurs de Mondes)
                              

Une fois que les deux joueurs ont sélectionné leurs forces, ils déplient l'une des cartes de jeu fournies dans les boîtes de base ou dans les divers suppléments puis, à tour de rôle, y placent les bâtiments dont ils disposent : habitations, bureaux, gratte-ciels, usines, etc. Chaque bâtiment dispose de caractéristiques spéciales qui pourront être utilisées par les joueurs en cours de jeu, aussi leur placement est-il stratégique. Même si la même carte est utilisée, la ville ainsi constituée sera originale à chaque nouvelle partie, les joueurs n'ayant pas tous les mêmes bâtiments dans leur collection et ne les disposant pas de la même manière d'une fois sur l'autre. Aucun risque de monotonie donc ! Une fois la cité mise en place, chaque joueur positionne son monstre d'un côté du plateau, l'ensemble de ses unités dans la case de réserves d'unités, et c'est parti pour la baston !


Quelques exemples de bâtiments : il en existe des dizaines !
                              

Chaque joueur joue à tour de rôle et peut, au choix, activer soit son monstre, soit ses unités. C'est là toute l'originalité du jeu et, à mon humble avis, le vrai trait de génie de son système : en effet, tout le mécanisme de Monsterpocalypse repose sur l'utilisation de dix petits dés blancs spéciaux appelés dés d'action. Le monstre et les unités ont tous les deux une réserve de dés d'action sous forme de deux grosses cases imprimées en marge de la carte, mais ce sont les dix mêmes dés qui sont utilisés alternativement par l'un comme par les autres. Dès qu'un dé est utilisé par les unités, il est immédiatement transféré dans la réserve de dés du monstre, et vice-versa. Ainsi, si vous utilisez l'intégralité de vos dix dés pour activer vos unités, vous serez obligé d'activer votre monstre lors du tour suivant puisqu'il ne restera plus aucun dé d'action dans la réserve de vos unités. Par contre, si vous n'avez utilisé que sept dés, au tour suivant vous aurez le choix entre activer votre monstre (qui disposera alors de sept dés pour agir), soit surprendre votre adversaire en démarrant un nouveau tour d'unités grâce aux trois dés qu'il leur restera. Ce principe, tout simple, permet non seulement d'activer monstres et unités de manière équilibrée (on ne verra ainsi jamais un monstre tout ravager dix tours de suite pendant que ses unités se tournent les pouces), mais offre également énormément de possibilité tactiques lors des affrontements. En plus des dés d'action blancs, le jeu propose également des dés bonus bleus, qui offrent de meilleures chances de réussite et peuvent être ajoutés gratuitement à votre main grâce aux compétences spéciales de certains combattants, et même des dés de puissance rouges aux effets dévastateurs, mais uniquement utilisables par les monstres.


Les dés d'action (blancs), de bonus (bleus) et de puissance (rouges)
                             


Si vous choisissez d'activer vos unités, votre tour se décomposera de la manière suivante :

- la phase d'apparition : c'est le moment où vous pouvez faire apparaître des unités encore en réserve sur la carte. En général, faire apparaître une figurine de troupes de base coûte un dé d'action (qui est donc transféré immédiatement dans la réserve de dés du monstre) et faire apparaître une figurine d'élite en coûte deux.

- la phase de progression : en dépensant un dé d'action, vous pouvez déplacer une de vos unités d'un nombre de case égal ou inférieur à sa caractéristique Vitesse. Certaines unités sont dotées de capacités spéciales, comme Vol par exemple, qui leur permet de passer au-dessus des bâtiments ou des figurines ennemies. Chaque figurine ne peut progresser qu'une fois par tour, mais vous pouvez faire progresser un nombre quelconque de vos unités, tant qu'il vous reste des dés d'action.

- la phase d'attaque : c'est le moment où vos unités vont attaquer les figurines du camp adverse, soit au corps-à-corps, soit à distance pour celles qui sont équipées d'armes de tir. Les attaques sont résolues en lançant des dés d'action (il doit donc vous en rester) et en comparant le nombre de frappes obtenues à la caractéristique Défense de la cible. Si le résultat est supérieur ou égal, vous touchez votre adversaire, dans le cas contraire votre attaque est sans effet. Une unité touchée par une attaque est immédiatement détruite et remise dans la case des réserves (elle pourra revenir lors d'une prochaine phase d'apparition), tandis qu'un monstre perd un de ses points de vie, dont le compte est tenu sur un compteur en plastique. Bien que la plupart des unités soient totalement démunies face aux monstres (a-t-on déjà vu un char ou un avion blesser Godzilla ?), il leur est néanmoins possible de cumuler leurs attaques à plusieurs afin d'avoir une chance de leur occasionner parfois une égratignure.

- la phase de transfert : si vous avez activé toutes les unités que vous désiriez et qu'il vous reste encore des dés d'action dans leur réserve de dés, vous pouvez gratuitement en transférer un nombre quelconque dans celle du monstre en prévision du prochain tour, ou au contraire en garder quelques-uns pour instaurer le doute dans l'esprit de votre adversaire.


En revanche, si vous choisissez d'activer votre monstre, votre tour sera légèrement différent et se décomposera comme suit :

- la phase de puissance : lors de cette phase, le joueur peut décider de lancer jusqu'à trois dés d'action pour essayer d'obtenir des dés de puissance pour son monstre. S'il obtient au moins une attaque sur n'importe lequel de ces dés, le monstre réussit sa montée en puissance et gagne un nombre de dés de puissance qui dépend des zones de puissance et des bâtiments sécurisés par ses unités sur la carte (oui oui, elles servent vraiment à quelque chose, les unités !). Que le jet ait été réussi ou non, les dés d'actions utilisés sont transférés dans la réserve de dés des unités.

- la phase Hyper : si le joueur le souhaite, il peut à ce moment utiliser certains de ses précieux dés de puissance pour faire passer son monstre en forme Hyper. Ce qui m'amène à opérer une brève digression afin de vous en dire plus sur l'un des aspects fondamentaux du jeu : les formes Alpha et Hyper des monstres.

Quiconque a déjà vu un film de Godzilla ou un épisode de Bioman dans sa vie sait qu'un monstre géant, ça a la vie dure : à chaque fois qu'on croit l'avoir abattu, il resurgit en rugissant des décombres dans une forme encore plus puissante, gesticulant furieusement dans des éclairs d'énergie éblouissants. Hé bien dans Monsterpocalypse, c'est pareil ! Concrètement, chaque monstre est représenté dans le jeu par deux figurines : la figurine de base peinte dans ses couleurs standard, dite forme Alpha, et la même figurine moulée en résine translucide, dite forme Hyper. Les caractéristiques de la forme Hyper sont toujours meilleures que celles de la forme Alpha, afin de bien montrer que le monstre est à présent vraiment furibard ! En termes de jeu, lorsque la forme Alpha de votre monstre est éliminée, elle est immédiatement remplacée par sa forme Hyper, ou inversement si vous aviez volontairement déjà effectué la transformation lors d'une phase Hyper antérieure. Chaque forme tient son compte de points de vie séparément (le compteur comporte deux barres séparées), ce qui permet de ne pas s'emmêler les crayons. Notez que les formes Hyper qui sont fournies dans le jeu sont les formes dites Ultra, mais d'autres formes Hyper aux caractéristiques encore plus puissantes ont également été produites en tant que prix lors des tournois (formes Mega et Quantum notamment). Un joueur possédant ainsi les formes Ultra et Mega de son monstre peut choisir laquelle des deux sera sa forme Hyper au début de la partie (mais pas les deux, hein !).

Laser Knight en forme Alpha (à gauche) et Ultra (à droite)

                             


Rakadon dispose, outre de sa forme Alpha, de trois formes Hyper au choix : Ultra (résine verte), Mega (résine orange) et Quantum (résine verte et violette)
Seule la forme Ultra est vendue de paire avec la forme Alpha, les deux autres formes sont des figurines promotionnelles
                             


- la phase de progression : comme pour les unités, cette phase permet au monstre de dépenser un dé d'action pour se déplacer de tout ou partie de son mouvement autorisé par sa caractéristique Vitesse. Notez que les monstres peuvent, en plus, dépenser des dés d'actions additionnels pour parcourir des cases supplémentaires, ce qui est rigoureusement impossible pour les unités.

- la phase d'attaque : là encore, c'est le même principe que pour les unités, c'est à dire que le monstre peut utiliser ses dés d'action pour attaquer le monstre ou les unités ennemies. Notez qu'en plus des attaques classiques (au corps à corps ou à distance selon ses capacités), un monstre peut coupler ses dés d'action à ses dés de puissance pour effectuer des attaques puissantes dévastatrices, ce qui permet par exemple d'envoyer valdinguer l'adversaire dans le building d'à côté, de ramasser un char pour lui expédier en pleine poire ou de charger droit devant lui pour tout écraser sur son passage (unités, bâtiments, etc.).

- la phase de transfert : c'est la même chose que pour les unités, mais à l'envers : s'il vous reste encore des dés d'action dans votre réserve de monstre, vous pouvez gratuitement en transférer le nombre qu'il vous plaira dans celle des unités en prévision du prochain tour.


Une fois que vous avez fini votre tour de monstre ou d'unités, c'est au joueur adverse de jouer, et ainsi de suite jusqu'à ce que l'un des monstres ait été abattu sous ses deux formes (Alpha et Hyper), auquel cas la bataille est perdue pour lui et son adversaire est déclaré vainqueur.




La G.U.A.R.D. intervient pour repousser les Seigneurs de Cthul... Lequel des deux va faire le plus de dégâts ?
                           



La Roll's du jeu de kaiju
Autant le dire tout de suite : Monsterpocalypse est un excellent jeu, probablement le meilleur que l'industrie ludique ait jamais produit sur le thème du kaiju eiga.

Le matériel, tout d'abord, est absolument démentiel : quasiment toutes les figurines sont de toute beauté et, pour du pré-peint, c'est d'excellente qualité (regardez un peu les dégradés sur les Terrasaurs, c'est d'un niveau déjà inaccessible à la plupart des peintres). La sculpture des différents modèles reproduit à merveille l'esprit des grandes figures du kaiju eiga et du tokusatsu, sans oublier bien entendu les autres périls géants comme les engins venus de Mars, les insectes chers à la science-fiction américaine des années 50 et, bien entendu, King Kong en personne et ses divers succédanés. Les figurines de bâtiments ne sont pas en reste et, une fois déployées sur la carte, on a enfin l'impression d'avoir une véritable ville miniature sous les yeux (aspect sur lequel la plupart des autres jeux avaient achoppé jusqu'ici). Les règles ainsi que les diverses boîtes font toutes l'objet d'illustrations absolument superbes qui retranscrivent parfaitement l'ambiance apocalyptique des affrontements. Seules les grandes cartes en papier, laborieusement pliées en raison de leur format, sont assez malpratiques à utiliser, les pliages ayant justement tendance à rendre les figurines bancales lors de la partie ; de plus, elles sont assez fragiles et ont tendance à s'abîmer à l'usage (il existe à ce sujet une astuce : il suffit d'acheter une grande feuille de plastique transparent relativement épaisse dans un magasin de bricolage, qu'on retaillera aux bonnes dimensions avant de l'appliquer à plat sur la carte dépliée. Vous obtiendrez ainsi une surface de jeu parfaitement lisse et vous pourrez déplacer vos figurines dessus sans craindre de déchirer le papier). En revanche, elles sont claires et colorées, et forment ainsi un ensemble visuel très cohérent une fois les immeubles, monstres et unités déployés dessus. Certains grincheux ont déploré la petite taille des dés, mais compte tenu des brouettes que l'on lance (parfois plus d'une dizaine d'un coup !), il faut au contraire se féliciter qu'ils ne soient pas plus gros, auquel cas les villes auraient eu plus à craindre de leur part que de celle des monstres !

Les règles, quant à elles, sont un vrai délice : parfaitement huilées, elles permettent des stratégies extrêmement fines, où le placement des pièces les unes par rapport aux autres et la parfaite combinaison de leurs compétences constituent la clef de la victoire. Alors certes, inutile de le cacher, Monsterpocalypse est un jeu exigeant : n'espérez pas en saisir toute la saveur dès la première partie, au cours de laquelle le débutant sera souvent complètement perdu. Car si le système de base est simple et se retient facilement, toute la difficulté provient des dizaines et des dizaines de petits pictogrammes qui, imprimés sur les socles, représentent les compétences spéciales de chaque figurine. Rien que mémoriser ceux de sa faction est déjà une gageure, alors imaginez quand en plus vous voudrez commencer à connaître ceux de vos adversaires ! En clair, vous allez passer vos premières parties le nez constamment plongé dans les règles, à la recherche de ce que veut bien dire tel ou tel minuscule signe, et il est fort probable que vous ne vous amuserez pas beaucoup. Mais si vous prenez la peine de vous accrocher, "d'apprivoiser" progressivement votre faction, alors peu à peu vont apparaître à vos yeux des perspectives ludiques absolument énormes et un potentiel stratégique à côté duquel les échec vont rapidement faire pâle figure. La plus grosse erreur pour débuter Monsterpocalypse serait de vouloir changer de faction à chaque partie : vous vous noierez rapidement et n'en tirerez aucun plaisir. Au contraire, l'idéal est de jouer au début toujours contre le même adversaire, chacun avec sa propre faction, et d'explorer peu à peu les forces et les faiblesses de chaque armée. Ceci fait, quand vous maîtriserez bien votre monstre et vos unités et que les rouages du jeu n'auront plus de secrets pour vous, il sera temps de commencer à tester d'autres forces pour varier les défis et les tactiques.



Les règles sont denses, mais heureusement émaillées de nombreux exemples qui facilitent leur compréhension
                           


Attention néanmoins : prétendre que Monsterpocalypse fit l'unanimité lors de sa sortie serait faire preuve d'un peu trop d'indulgence. En effet, eu égard au thème et aux couleurs acidulées du matériel, nombre de joueurs s'attendaient à un jeu "fun, fast and furious", c'est à dire aux règles simples, aux parties rapides et à l'atmosphère de franche rigolade. Ceux-là, il faut l'admettre, en furent pour leurs frais, car Monsterpocalypse est tout sauf un "jeu apéritif". Même si l'on s'amuse à peaufiner ses stratégies de tour en tour, force est de reconnaître qu'on ne s'y poile pas comme devant un DVD de Godzilla contre Gigan, et que les parties ressemblent davantage à une finale Karpov contre Kasparov qu'à un match des Superstars du Catch. Monsterpocalypse est un donc jeu cérébral dont la complexité des interactions entre les figurines, leurs compétences et les bâtiments peut en rebuter plus d'un, le réservant finalement aux "hardcore gamers" plutôt qu'aux joueurs occasionnels.

Hélas, si l'exigence peut-être excessive des règles fut certainement un frein au développement du jeu auprès du grand public, il faut chercher ailleurs les raisons qui font qu'aujourd'hui, Monsterpocalypse a virtuellement disparu de la ludosphère mondiale...


Marketingpocalypse
Si Monsterpocalypse est, comme il a été dit plus haut, une franche réussite en termes purement ludiques, on ne peut malheureusement pas en dire autant de la politique commerciale qu'adopta Privateer Press lors de la distribution du jeu. Car, il faut bien le dire, elle fut calamiteuse, et ce pour une simple raison : la décision de proposer le jeu, non sous forme de factions prêtes à jouer (ce qui aurait permis à chaque joueur d'acheter la force qui lui plaisait), mais sous forme de boîtes aveugles contenant une sélection aléatoire de figurines.

Pour comprendre les raisons de ce choix aussi absurde que suicidaire, il faut revenir quelques années en arrière, au milieu des années 2000. À cette époque, les jeux de cartes à collectionner avaient fait gagner des millions à leurs éditeurs, et la Marvel palpait les dollars grâce à Heroclix, un jeu de figurines ayant pour sujet ses fameux super-héros en collants. Heroclix donc, mais aussi plusieurs de ses clones, proposait d'acheter des boîtes de figurines sans savoir ce qu'il y avait à l'intérieur, le but étant que les joueurs s'échangent leurs doublons afin d'obtenir les équipes de leurs rêves. Le concept fonctionna du tonnerre, notamment en raison de la forte popularité de Spiderman et ses copains, ce qui assura rapidement au jeu une large base de joueurs réguliers. Internet acheva de donner à cette communauté une dimension planétaire et, bientôt, ce fut un véritable commerce parallèle d'échange/vente de figurines qui se mit en place, certaines références rares et puissantes finissant par atteindre des prix proprement hallucinants (rappelons qu'il ne s'agit que de bouts de plastique de quelques grammes, la plupart du temps assez grossièrement peints qui plus est). Toute cette activité dynamisa durablement le secteur et, un peu comme Magic: The Gathering une décennie plus tôt, l'entreprise s'avéra des plus rentables.



Heroclix, des super-héros qui donnent des super-idées... ou pas !
                         

C'est donc avec cette idée en tête que Matt Wilson et les équipes de Privateer Press envisagèrent de commercialiser Monsterpocalypse lorsque le projet fut mis en chantier. Sur le papier, le concept était séduisant : les joueurs feraient l'acquisition des boîtes de base (les starter sets) contenant, outre le matériel indispensable (règles, dés, cartes, compteurs…), un monstre dans ses deux formes (Alpha et Ultra) et quelques unités et bâtiments aléatoires. Ceci fait, ils achèteraient les petites boîtes d'extensions (les boosters) contenant soit un monstre supplémentaire, soit des unités et bâtiments pour ajouter à leur force. Le tout à l'aveugle, mais la communauté de joueurs grossissant, chacun aurait pu échanger les figurines qui ne l'intéressaient pas contre celles qu'il recherchait afin de reconstituer des factions complètes. Non seulement ce plan marketing avait pour visée de générer une effervescence comparable à celle de Heroclix ou Magic, mais il avait en outre deux avantages majeurs : d'une part, il facilitait grandement le référencement des produits chez les distributeurs (pas besoins de dizaines de références de monstres, puisque tous étaient vendus dans la même boîte anonyme), et d'autre part, il évitait que certaines factions, plus populaires, ne se retrouvent rapidement en rupture de stock, tandis que d'autres prendraient la poussière dans les entrepôts.



Le starter set et ses boosters de monstres et d'unités

                         


Malheureusement, les choses ne se passèrent pas comme prévu...


Dès l'annonce que Monsterpocalypse serait un jeu de figurines à collectionner en conditionnement aléatoire, des dents commencèrent à grincer. Il faut dire que depuis plus d'une décennie, la communauté ludique s'était vue progressivement transformée en vaches à lait, et la perspective de devoir à nouveau dépenser des fortunes pour réussir à se constituer son armée engendra instinctivement quelques réactions épidermiques. Pour autant, le lancement du jeu en 2008 fut un succès, ce dernier ayant suscité la curiosité aussi bien des joueurs – qui connaissaient déjà Privateer Press pour ses précédents jeux de figurines – que des kaijuphiles – séduits par l'univers et la qualité des figurines. Les ventes étaient satisfaisantes, les boîtes trouvaient des distributeurs aux quatre coins de la planète (Play Factory pour la France) et des forums spécialisés s'ouvraient un peu partout sur la toile. La première série, intitulée Rise, présentait les six premières factions du jeu : la G.U.A.R.D, les Terrasaurs, le Syndicat du Soleil d'Ombre, les Mangeurs de Mondes, la Menace Martienne et les Seigneurs de Cthul. Elle fut bientôt enrichie de la série 2, I Chomp N.Y., dont les boosters ajoutaient de nouveaux monstres et unités aux factions existantes et permettaient d'inclure des bâtiments typiques de New York dans les parties (la Statue de la Liberté, l'Empire State Building, etc.). Enfin, la série 3, All Your Bases, introduisit encore de nouvelles unités, mais aussi et surtout les morphers (des monstres formés de plusieurs petites unités qui s'assemblent pour constituer la créature finale) et les bâtiments spécifiques à chaque faction (comme les Bases de Défense de la G.U.A.R.D. ou les Tours de la Corruption des Seigneurs de Cthul). En parallèle à ces trois séries, divers accessoires furent proposés, comme des cartes de déploiement supplémentaires, des guides de stratégie ou des boîtes de dés de rechange.

+
+

+

=

Le morpher des martiens : Galaxius
                         



Deux exemples de bâtiments propres à une faction : les Bases de Défense de la G.U.A.R.D. et les Tours de la Corruption des Seigneurs de Cthul


                         



Parmi les accessoires disponibles, de nouvelles cartes de jeu et des bâtiments inédits

                        


Courant 2009, tout semblait aller pour le mieux pour Monsterpocalypse : une communauté de joueurs s'était vaille que vaille constituée (surtout aux États-Unis), des évènements et conventions étaient organisés, des formes inédites de monstres Hyper étaient régulièrement mises en jeu dans les tournois… C'est donc dans une relative euphorie que Privateer Press sortit sa tant attendue série 5, Now, abandonnant les six premières factions désormais complètes au profit de six nouvelles races complètement originales : l'Empire des Singes, les Champions Élémentaires, le Soulèvement Souterrain, les Essaims Sauvages, les Tritons et l'Ubercorp International firent ainsi leur apparition sur les tables de jeu, accompagnés pour l'occasion d'un tout nouveau starter set reprenant le matériel de base mais accompagné d'une remise à jour des règles. Comme pour les premières factions, les nouvelles arrivées étaient conditionnées en boîtes anonymes et pouvaient être enrichies par l'achat de nouveaux boosters de monstres et d'unités.



Le starter set de NOW, introduisant les six nouvelles factions
                       


La plupart des nouvelles figurines n'avaient rien à envier aux précédentes séries (surtout les gorilles géants, absolument magnifiques), même si certaines factions semblaient un peu moins inspirées (à titre personnel, je trouve les monstres des Tritons assez moches, de même que les unités des Champions Élémentaires). Les fans furent donc ravis de voir arriver la série 5 en 2010, intitulée Big in Japan et consacrée, comme son nom l'indique, au Japon. Comme I Chomp N.Y. en son temps, les boosters de cette série proposaient, outre de nouvelles unités et monstres pour les six factions de Now, quelques bâtiments emblématiques de Tokyo, dont la célèbre tour rouge copiée sur notre Tour Eiffel nationale et la fameuse mairie en forme de gratte-ciel bicéphale. Tout le monde n'attendait donc plus que l'arrivée de la série 6 pour clôturer ce second cycle, surtout que les prototypes des figurines dévoilées en avant-première sur le site officiel étaient proprement… monstrueux !


Et puis… plus rien.




Les previews des figurines de la série 6 étaient plus que prometteuses... Dommage, elles ne verront jamais le jour.
                      


Tim Burton m'a tuer
Si Monsterpocalypse semble avoir été euthanasié du jour au lendemain par ses propres créateurs – Privateer Press ayant cessé toute communication et toute sortie concernant le jeu sans crier gare – c'est sans doute en partie à cause de ventes devenues décevantes, mais aussi et surtout parce que Matt Wilson et ses collègues eurent le tort de vouloir fricoter avec les requins d'Hollywood.

Certes, il est probable que le succès du jeu s'était essoufflé à la sortie de Now et de ses suppléments, l'enthousiasme de la première heure qui avait accompagné Rise n'étant plus au rendez-vous. De plus, le principe de figurines à acheter au hasard puis à échanger, comme il a été dit plus haut, en avait gonflé plus d'un, ce qui nuisit considérablement à la popularité du jeu et réduisit de fait la communauté des pratiquants. Et qui dit communauté qui se réduit dit encore plus de difficulté pour échanger ses figurines, donc encore plus de joueurs qui se découragent, donc encore moins de pratiquants, etc. En un mot : la spirale infernale de la mort à petit feu. Conscient du problème, Privateer Press tenta bien d'enrayer le phénomène en abandonnant enfin les achats à l'aveugle fin 2010 pour lancer des boîtes de factions complètes pour deux joueurs : les two-players stater sets. Au moins pouvait-on désormais être sûr d'avoir deux forces cohérentes et non plus un conglomérat hétéroclite d'unités disparates, mais hélas, les deux factions achetées étaient toujours aléatoires dans la boîte, ce qui ne souleva guère l'enthousiasme des joueurs. De plus, seules les six factions d'origine étaient proposées, les six factions de Now restant disponibles uniquement sous forme de boosters. Seules les boîtes d'extensions de 2011, appelées Dangerous Monster Zone, furent enfin dédiées à une faction spécifique, mais elles arrivèrent trop tard pour relancer l'intérêt des pratiquants lassés ou pour susciter de nouvelles vocations.




Les boîtes de factions complètes arrivèrent probablement trop tard pour relancer l'intérêt autour du jeu
                      


Pour autant, ce ne fut probablement pas l'essoufflement des ventes qui eut raison aussi subitement de Monsterpocalypse : après tout, Privateer Press aurait pu se contenter d'un jeu qui vivotait pendant encore plusieurs mois, quitte à ne sortir la série 6 que de manière confidentielle pour satisfaire ses clients les plus fidèles, puis le laisser mourir de sa belle mort au fur et à mesure de l'épuisement des stocks. Or, la véritable raison est beaucoup plus rocambolesque, et il est fort probable que Privateer Press et son jeu de kaiju aient été victimes d'un autre monstre géant, bien réel celui-ci : Hollywood.

Courant 2010, alors que le jeu était encore bien vivace, tomba une nouvelle qui laissa bouche bée tous les observateurs, même les plus aguerris : DreamWorks venait d'acheter les droits d'adaptation cinématographiques de Monsterpocalypse, et Tim Burton, grand fan de kaiju eiga devant l'éternel, allait le réaliser ! Pour improbable qu'elle fut (qu'est ce que le studio de Steven Spielberg pouvait bien avoir à faire d'un obscur jeu de plateau sans aucune licence connue ?), l'annonce fut belle et bien officielle et corroborée par tous les sites spécialisés. Allez faire un tour sur IMDB, vous verrez que le film y est bel et bien référencé !




Tim Burton et les monstres géants, une longue histoire d'amour

                      


Hélas, trois fois hélas, la suite est facile à deviner : les petits gars de Privateer Press ont du avoir des étoiles plein les yeux et se sont laissés embobiner par des avocats leur promettant des dollars à la pelle et la gloire de se voir associés à l'un des metteurs en scène les plus prestigieux du cinéma fantastique. Ce faisant, ils ont probablement signé un contrat dont ils n'ont pas saisi toute la portée et se sont retrouvés pieds et poings liés, à la merci du bon vouloir du studio… y compris, et surtout, en termes de produits dérivés, ce que devenait instantanément le jeu et ses figurines ! Or, bien évidemment, le film ne s'est jamais fait : Tim Burton est depuis longtemps parti vers d'autres projets, et ce n'est pas le succès en demi-teinte de Pacific Rim qui risque de remettre Monsterpocalypse: The Movie sur les rails...


Mais alors, me direz-vous, pourquoi donc un des plus gros studios hollywoodiens serait-il allé acheter les droit d'un jeu pour ne rien en faire, si ce n'est mettre un terme à son existence ?


Hahaaaa !…. Le Saurus a mené son enquête, et voici ce qui en ressort :


Courant 2011 est paru le roman Robopocalypse de Daniel H. Wilson, racontant la rébellion des robots contre l'Humanité. Le livre fut un bestseller prévisible et, avant même sa parution, Steven Spielberg en avait acquis les droits d'adaptation cinématographique (un peu comme il avait fait avec le Jurassic Park de Michael Crichton vingt ans avant). Le film, prévu pour 2014, sera entre autres interprété par Chris Hemsworth (Thor) et Anne Hathaway (la Catwoman de The Dark Knight Rises), du moins aux dernières nouvelles puisque les problèmes de production semblent s'être accumulés entretemps. Et là, quiconque a quelques notions juridiques commence à comprendre ce qui s'est passé… Les juristes de DreamWorks, faisant leur boulot, se sont évidemment assurés avant de sécuriser les droits du livre que celui-ci était bien libre de toute contestation. C'est alors qu'ils ont découvert l'existence d'un obscur jeu de plateau, Monsterpocalypse, dont le nom était dangereusement proche de Robopocalypse ! Un avocat habile aurait alors été fondé à plaider la trop grande similitude entre les deux marques, propre à générer la confusion dans l'esprit du public. Monsterpocalypse ayant l'antériorité pour lui, Privateer Press aurait alors certainement gagné face à DreamWorks, entraînant le blocage du film et ouvrant la porte à de généreuses compensations financières. Bref, des emmerdes en perspective… Et c'est là qu'un exécutif a probablement eu l'idée de génie : pourquoi ne pas acheter aussi les droits d'adaptation du jeu, quitte à faire miroiter à ses propriétaires quelque projet trop beau pour être vrai et leur clouer ainsi définitivement le bec ? Surtout qu'au vu de ce que peut rapporter un film estampillé Spielberg lors de son exploitation mondiale, un petit chèque avec cinq, voire six zéros n'est vraiment pas grand-chose… Et c'est ainsi que, selon toute probabilité, Matt Wilson et Privateer Press se sont fait naïvement dépouiller de leur création, permettant à DreamWorks de mettre tranquillement Robopocalypse en chantier sans plus craindre le moindre soucis juridique de leur part.



Le portrait-robot du tueur

                      

Quant à Tim Burton, son degré d'implication reste un mystère : a-t-il réellement été intéressé par l'idée d'adapter Monsterpocalypse au cinéma, ou a-t-il cyniquement accepté de prêter son nom à cette mascarade pour filer un coup de main à son copain Steven ? Nul ne le saura probablement jamais...

Bien évidemment, tout ceci n'est que spéculations de ma part, mais quelque chose me dit que la vérité n'est pas loin et qu'il ne faut probablement pas chercher beaucoup plus loin pour trouver la raison de l'arrêt aussi brutal que définitif de la gamme.


Monsterpocalypse est mort… Vive Monsterpocalypse !
Une chose est sûre : à l'heure où ces lignes sont écrites, Monsterpocalypse est mort et enterré. Plus aucun suivi ni aucune figurine ne sont à espérer de chez Privateer Press, et même la communauté des joueurs, un temps active sur Internet, tend à disparaître. En France, où le kaiju eiga est infiniment moins populaire qu'aux États-Unis, le jeu n'a guère soulevé que l'intérêt poli d'une poignée de passionnés, rendant ainsi le principe d'échange des factions encore plus hasardeux. Trouver un adversaire avec qui jouer est aujourd'hui devenu une gageure.

Pour autant, Monsterpocalypse n'a-t-il plus aucun intérêt ? Hé bien, pas forcément.

D'une part, ce n'est pas parce qu'un jeu n'est plus commercialisé ou est passé de mode qu'il faut le laisser moisir sur une étagère. On peut jouer des années avec un jeu abandonné par son éditeur, pour peu que les règles soient bonnes et qu'on prenne plaisir à le pratiquer. De plus, les figurines sont aujourd'hui complètement bradés chez les discounters, et ce sont carrément des caisses entières de boosters que l'on peut trouver pour quelques dizaines d'euros. A ce prix-là, vous aurez rapidement des forces jouables, même si vous n'avez personne avec qui échanger, et il suffira de convaincre un ami pour démarrer une partie. Sans compter les factions entières vendues à des prix très abordables sur Ebay, où de véritables affaires sont à saisir. En réalité, seules les figurines rares sont restées assez chères, mais elles ne sont nullement nécessaires pour jouer et seuls les collectionneurs invétérés chercheront à les obtenir.

Bref, si un jeu de baston de monstres géants au milieu d'immeubles à démolir vous intéresse, le tout régenté par des règles d'une exceptionnelle finesse et mis en scène par des figurines particulièrement réussies, c'est le moment où jamais d'investir ! Vous en aurez pour des dizaines d'heures d'amusement, le tout pour un prix ridicule par rapport à ce que vous auriez payé en 2008. Même si vous n'êtes pas joueur mais juste collectionneur de belles bestioles, le jeu en vaut la chandelle, car des pièces comme Terra Khan, King Kondo ou Mantacon feront toujours leur petit effet sur vos étagères. Pour ma part, j'ai racheté tout le stock d'un magasin parisien à un prix défiant toute concurrence et, avec quelques compléments glanés sur Internet, j'ai à présent pas moins de dix factions presque complètes ! Non seulement je compte bien y initier quelques copains, mais mes enfants grandissant, il ne va pas se passer longtemps avant qu'eux aussi ne commencent à amasser les dés de puissance pour envoyer le monstre de Papa valdinguer dans l'Empire State Building.



On vous avait bien dit que les monstres géants ne meurent jamais !







MONSTERPOCALYPSE
Auteur : Matt Wilson
Éditeur : Privateer Press
Date de parution : 2008-2011
Prix public : à l'époque de la sortie du jeu, environ 20,00 à 25,00 € pour un starter set et environ 10,00 à 15,00 € pour un booster (monstres ou unités). Aujourd'hui, les prix se sont effondrés et beaucoup de sites proposent les boîtes à 50% de réduction, voire davantage. De nombreuses figurines sont disponibles à l'unité sur Ebay et auprès des vendeurs spécialisés, mais là, c'est la rareté qui fait le prix…
Âge : 12 ans minimum
Durée d'une partie : 1 heure environ pour des joueurs maîtrisant parfaitement les règles, beaucoup plus pour les autres

Les +
Le thème !
Les figurines et le matériel
La diversité des factions
La profondeur et la richesse des règles
Les illustrations magnifiques
La possibilité de trouver le jeu à prix cassé aujourd'hui sur le net

Les -
Un jeu aujourd'hui officiellement mort
L'aspect "figurines à collectionner" et l'achat à l'aveugle, qui ont découragé beaucoup de joueurs
La difficulté de trouver des partenaires pour jouer et échanger
Un système complexe et exigeant, qui demande un vrai temps d'apprentissage pour être apprécié
Les cartes en papier, pas très pratiques
                     
     


Ultraman affronte Rodan en plein New York... A moins que ce ne soit Zor Magna contre Pteradax ?

     
               



Un gros merci à Jordan et Fabien pour leur aide et leur érudition sur les origines des Champions Élémentaires : arigato gozaimass les gars !
      


Dernière édition par SUPERMEGALOSAURUS le 17/08/2015, 13:51; édité 25 fois
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 30/08/2013, 11:38    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Pour ceux désirant en apprendre davantage sur le système de jeu de Monsterpocalypse, voici les excellents tutoriaux mis en ligne par l'équipe américaine de Teamcovenant. Ces gars-là sont probablement les plus grands fans du jeu au monde, leurs vidéos sont tout simplement hallucinantes !

















 



Et en bonus, la finale du tournoi de la GenCon 2011... Quand je vous disais qu'on croirait Karpov contre Kasparov !



 
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 30/08/2013, 15:47    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Pour le bonheur des yeux, je ne résiste pas au plaisir de vous présenter ci-dessous quelques-unes des splendides illustrations développées pour le jeu :

































  





Et bien entendu, le meilleur pour la fin : les gorilles géants !








Même les bracelets et les chaînes d'acier sont là : aucun doute, King Kondo est bien le jumeau de King Kong !
      


Dernière édition par SUPERMEGALOSAURUS le 31/08/2013, 14:30; édité 1 fois
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 30/08/2013, 16:45    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Comme je sais qu'il y a des figurinistes sur le forum, voici quelques croquis préparatoires ayant servi au design des monstres :


















Notez que sur ce croquis, l'Empire des Singes est encore intitulé "Kong Empire" !





Ci-dessous quelques figurines lorsqu'elles étaient encore à l'état de prototypes :










Enfin, les figurinistes nostalgiques – dont je fais partie – auront certainement un petit pincement au cœur en apprenant que, comme la plupart de ses concurrents (Games Workshop en tête), Privateer Press fait désormais concevoir la plupart de ses modèles en 3D numérique avant de les lancer en production. Les sculpteurs vieille école – dont je fais partie aussi – qui modelaient leurs figurines en pâte epoxy à l'aide d'outils de dentiste vont bientôt faire figure de fossiles vivants...



Pour autant, sachons apprécier le travail bien fait, comme les trois modèles ci-dessous, réalisés par le graphiste 3D Matthew Reynolds sous 3DS Max 2008.






    
    
    
    
    


Dernière édition par SUPERMEGALOSAURUS le 17/09/2013, 19:33; édité 3 fois
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 31/08/2013, 12:28    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Ressources diverses



Règle du jeu

              

Si Privateer Press n'assure plus aucun suivi pour Monsterpocalypse, le site web officiel du jeu est toujours accessible : http://monsterpocalypse.com/

On peut notamment toujours y télécharger gratuitement les règles en Français -> ICI.


           


Au cas où le lien viendrait à mourir (ce qui n'est pas improbable), je le double -> LÀ.




Cartes de monstres et d'unités en Français
              


              

J'ai enfin terminé les versions françaises des cartes de monstres et d'unités des 6 premières factions ainsi que de tous les bâtiments  : je vous mets les liens ci-dessous, surtout n'hésitez pas à me signaler toute erreur de traduction ou faute de frappe que vous pourriez relever.

Les noms de caractéristiques, compétences, etc. sont conformes à la version française des règles, mais j'ai systématiquement mis la dénomination anglaise entre parenthèses afin que les joueurs qui ont pris l'habitude de jouer en version originale ne soient pas perdus. Notez que comme les règles de Now n'ont jamais été traduites, les nouvelles compétences introduites à ce moment n'ont donc pas de dénomination officielle : les traductions que vous trouverez dans les cartes sont donc de mon cru.

Le Français étant plus long que l'Anglais, j'ai du pas mal réduire le corps des textes par rapport aux cartes originales, mais ça reste encore lisible même en imprimant les planches sur du format A4. Découpez les cartes en suivant les traits de coupe et le tour est joué ! A l'usage, ces cartes de référence accélèrent considérablement le jeu et, en attendant que vous connaissiez tous vos pictos par cœur, ça va vous changer la vie !


G.U.A.R.D.
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/491453446/GUARD.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!bU9QQAhb!J2hgWA7wt_ADfz8zQGtpyC1ld5QtsVQKKto92XsLig0


MANGEURS DE MONDES
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/498421794/MANGEURS_DE_MONDES.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!jAM2jQiK!B3hNKHc9ddzunrtJGEGZcx06OakRBZ19g5KWaFMpVDw


MENACE MARTIENNE
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/527685814/MENACE_MARTIENNE.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!GRlDBaxT!VBp-hAlCIMYzog31sBZxkDOdoRx-TLrBJDVRgbayVcc


SEIGNEURS DE CTHUL
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/3490148380/SEIGNEURS_DE_CHTUL.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!OM9m0LhQ!ekVWtVrDomo59w6vQDufLSlO0tQi7QmyYUPF918NKJA


SYNDICAT DU SOLEIL D'OMBRE
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/1472433540/SYNDICAT_DU_SOLEIL_D_OMBRE.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!TNUySapC!QKp3C3XvCKW8dShHGypOVUuHH8M0req3mPF4iTVymHs


TERRASAURS
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/3113062120/TERRASAURS.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!ecsghDbJ!OuztanrcASNXEtV0sAUYQj97lKFhhzlVYog-maQGMI8


STRUCTURES (et figurines neutres)
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/files/4105599323/STRUCTURES.pdf
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!fEkSnDIb!fNfQR1b1D9rbSV2S4xzU2jD8IOpc12BR2DsWjrG9jBc
              



Je posterai les cartes des 6 autres factions lorsque j'aurai trouvé le temps de les faire… A bientôt pour la suite donc ! 



[Edit] Fans de King Kong réjouissez-vous, les cartes des primates géants de l'Empire des Singes sont disponibles ci-dessous



 
[Edit] Tremblez, angoissés des p'tites bêtes et arachnophobes de tout poil, car les insectes géants des Essaims Sauvages sont là !




[Edit] Le sol tremble, la terre se fend, tandis que des profondeurs infernales surgissent les effroyables créatures cavernicoles du Soulèvement Souterrain !

SOULÈVEMENT SOUTERRAIN/SUBTERRAN UPRISING
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/share/663D81B74BF18706AFDAA13B65C41847
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!zBVWBKTY!ZdxmxmtxJopNT5-lS8ic3VvmBhoCZ7h6bbXNj1lBmeI



[Edit] Tzzziiit, Clong, Bipbip, Vrrrrrrrrr !… Écartez-vous malheureux, les monstres robotiques de l'Übercorp International sont là !
    
UBERCORP INTERNATIONAL
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/share/504F368F05ECBD90EF7208B422696CD4
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!XNNhCY6C!K6maMnWvi3HPX3pdidLrpSjLmYVCpoFmp-VrqLeIL6w

   


Bon, maintenant, il va falloir s'armer de courage... Les deux dernières factions à traduire sont en effet les Tritons et les Champions Élémentaires, deux armées que je ne prévois pas de collectionner ni de jouer en raison du manque de charisme de leurs monstres (pour les Tritons) et de leurs unités (pour les Élémentaires)...

Allez, pour la bonne cause, je vais faire un effort... quand j'aurai le temps !
  
  


[Edit] Bon, j'avoue, j'ai craqué, la collectionnite a une fois de plus été la plus forte, j'ai finalement commandé deux factions de Tritons et de Champions Élémentaires presque complètes... Certes, je ne suis pas fan de leurs figurines, mais en traduisant leurs caractéristiques, je me suis aperçu qu'il y avait de sacrées belles combinaisons à jouer, et voilà...

Je suis faible, je suis incorrigible, je suis impardonnable.


Bon, enfin le bon côté, c'est qu'au moins à présent, les deux dernières factions sont traduites !



"Tindin… Tindin… Tintintintintintintintin… Toudoudou !"
(thème des Dents de la Mer). Sortez vite de l'eau, les Tritons passent à l'attaque et ils ont les crocs !




Froutch ! Frrrrr ! Glouglou ! Broummmm ! Les Champions Élémentaires sont là !

CHAMPIONS ÉLÉMENTAIRES
Lien Rapidshare : http://rapidshare.com/share/C963EACF71A3A1347A924AFAB6DC23DF
Lien Mega : https://mega.co.nz/#!bVMgyabL!TPpts38p1yOwMK7toFrhHzm7KnNim_G2zUF_iveXe08



Et voilà, je crois que ce coup-ci tout y est ! Plus aucune raison donc de ne pas essayer Monsterpocalypse, que vous soyez anglophone ou non.


Bon jeu !
 
 


Dernière édition par SUPERMEGALOSAURUS le 16/10/2013, 09:08; édité 19 fois
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 01/09/2013, 09:31    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Et pour clore ce topic, heu... monstrueux, la compilation de toutes les figurines de gorilles géants disponibles est visible -> ICI.

On est sur le forum de King Kong, oui ou non ?! 

Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 746
Localisation: Skull Island
Point(s): 668
Moyenne de points: 0,90

MessagePosté le: 03/09/2013, 09:12    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Bon sang, ça c'est du post !

C'est dommage que des jeux comme ça ne trouvent pas leur public...j'aurais donné n'importe quoi pour avoir ça 20 ans plus tôt !
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 03/09/2013, 09:24    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

C'est bizarre comme mes gros sujets ont tendance à correspondre à mes périodes de vacances...
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 28/08/2014, 13:25    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Ironie du sort, il semble que l'adaptation cinématographique de Robopocalypse soit bel et bien repoussée aux calendes grecques...

Le film, initialement prévu pour une sortie américaine en février 2014, a été en l'état jugé trop cher à produire, et il semble que son scénario laissait encore à désirer. Steven Spielberg a donc annoncé que le projet était repoussé à une date ultérieure, sans plus de précision. Quand on connaît un peu les méandres du development hell à Hollywood, cela revient à dire que le film ne se fera peut-être pas avant une décennie, voire davantage, et sûrement pas avec l'équipe annoncée... s'il finit par se faire un jour.

Allez, ça n'empêchera pas les petits malins qui auront su profiter des opportunités offertes par ce merveilleux jeu qu'est Monsterpocalypse de continuer à jouer à se balancer des grattes-ciels sur la tronche, hein ! Et pas besoin de vedettes et de centaines de millions de dollars pour ça, la table du salon suffit toujours !





"Monsterpocaquoi ? Mais enfin, de quoi me parlez-vous jeune homme ???"
  
Revenir en haut
Hllant
New-Yorkais

Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2014
Messages: 6
Point(s): 6
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 27/11/2014, 16:33    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Tiens c'est bientôt Noel, ca peut être une idée, je suis sûr que ca plairait à mes cousins, ils adorent ces jeux de plateau. En tous les cas merci pour ce post qui a dû te prendre des plombes à écrire !!! Je suis impressionné !
-----------------
« L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. Il pourrait anéantir impitoyablement tout ce qui se trouve en travers de son chemin. »
Agatha Christie
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 27/11/2014, 18:08    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Hllant a écrit:
ce post qui a dû te prendre des plombes à écrire !!!


Si peu...

Monsperpocalypse devient de plus en plus rare, mais on trouve encore des boîtes complètement bradées à droite et à gauche, et des armées complètes vendues à des prix très abordables sur Ebay et autres. Si tes cousins sont des pratiquants confirmés de jeux de plateaux (car attention, MP est un jeu assez exigeant au départ), alors n'hésite pas, une fois qu'on est entré dedans, c'est une merveille !


Dernière édition par SUPERMEGALOSAURUS le 17/03/2016, 17:47; édité 1 fois
Revenir en haut
valanguard
New-Yorkais

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mar 2016
Messages: 2
Point(s): 2
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 17/03/2016, 17:32    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Très bon article, c'est un plaisir de voir des joueurs de monsterpocalypse =) (Je déterre un vieux topic je sais) (Mais je me suis surtout inscrit pour félicité l'auteur de l'article. (Tu as les liens de GUARDS qui sont mort par contre ^^)

Bravo à toi.

Je peux te conseillé le jeu RAMPAGE et king of tokyo/King of new york.
Revenir en haut
SUPERMEGALOSAURUS
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2007
Messages: 2 011
Localisation: Région parisienne
Point(s): 1 930
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: 17/03/2016, 17:46    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Rhôôô, merci Valanguard, ça fait plaisir !

Envoie-moi un MP avec ton adresse mail pour les fiches de la GUARD.

Je ne connais pas Rampage (du moins pas en jeu de plateau, car la borne d'arcade dévora une bonne part de mon argent de poche dans les années 80), mais j'y jetterai un coup d'œil aussitôt que possible. Quant à King of Tokyo, je crois qu'on en touche deux mots pas plus loin que là !

Au plaisir de te lire (peut-être) un peu plus sur ce forum où on ne se bouscule pas, comme tu as du le remarquer !
Revenir en haut
Heretik
New-Yorkais

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2016
Messages: 2
Point(s): 2
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 18/04/2016, 11:29    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

Salut à toi,
j'ai commencé Monsterpocalypse il y a de cela un certain temps mais je n'ai jamais pu me constituer de force digne de ce nom, puis j'y ai repensé récemment et j'ai eu la furieuse envie de m'y remettre, en plus les images que j'ai vu des 6 nouvelles factions me tentaient bien depuis un certain temps. Sauf qu'à mon grand désespoir j'ai constaté la mort du jeu et plus ou moins celle de sa communauté, du coup j'ai eu peur de tomber sur un autre topic abandonné sur le sujet, mais force est de constater que pas plus tard que le mois dernier quelqu'un là déterré, et que le monsieur qui en est à l'origine est bel et bien actif !
Donc je tiens d'abord à te remercier pour toutes ces infos sur le jeu, c'est vraiment sympathique,
ensuite j'aimerais savoir si tu connaîtrais pas, par le plus grand des hasards, des endroits à Paris où il serait toujours possible de dénicher quelques figurines, comme tu as dit avoir raflé le stock d'un magasin, mais peut être qu'il est trop tard ?
enfin je voulais savoir pour ce qui est des règles de constitution des armées, je me rappelle vaguement que les 6 équipes s'entendent plus ou moins avec les autres selon leurs intérêts, et de plus maintenant chaque équipe est constituée de deux factions (les GUARD et les élémentaires par exemple) et je voulais savoir ce que cela change au niveau du jeu lui-même, certaines alliances sont-elles impossibles ou peut-on mélanger toutes nos unités indépendamment de leurs factions et de celle du monstre principal ?
et d'ailleurs, est-il possible de jouer à plus de deux ?
voilà, merci d'être encore actif, je pensais ne jamais pouvoir rejouer à ce jeu qui m'est cher, mais comme quoi... Smile
Revenir en haut
T-REX 95
Brontosaure

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2011
Messages: 420
Localisation: france
Point(s): 422
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 02/05/2016, 19:35    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE Répondre en citant

On attend en ce moment à coup sur Godzilla: Resurgence, Gamera, Kong: Skull Island, Godzilla 2, Godzilla vs Kong ainsi que Pacific Rim 2. Ajoutons à cela une adaptation de Rampage annoncé par The Rock sans nouvelle depuis et Colossal qui au dernière actualités avait des problèmes juridique avec la Toho.
Les films mettant en scène de majustueuse aberation de la nature saccageant une grande ville artificielle semble être de vogue en ce milieu de décennie, et pourtant c'est dans ma surprise général que je viens d'apprendre qu'une adaptation de Monsterpocalypse semble ce concrétiser depuis a peine tout récemment avec le réalisateur du remake d'Evil Dead aux commandes. Seulement voilà ! Ce projet, bien qu'apparement pas vraiment signé, a déjà provoqué un conflit entre Sony, Warner et Dreamwork pour déterminer de la réalisation du film a cause des similitudes de son pitch avec Pacific Rim pouvant être qualifié de plagiat... Alors que le matériel de base était une source d'influence pour le film de Del Toro, et ce n'est pas 3 ou 4 des illustration sublimes du jeu de plateau qui vont contester ce fait.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:32    Sujet du message: MONSTERPOCALYPSE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE -> Jeux Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation