top

King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE : L'UNIVERS DE KING KONG -> King Kong
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 712
Localisation: Skull Island
Point(s): 634
Moyenne de points: 0,89

MessagePosté le: 25/11/2015, 13:32    Sujet du message: King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans



Le 14 décembre prochain, nous fêterons les 10 ans du King Kong de Peter Jackson, dernière version cinématographique en date consacré à notre monstre favori. Retour sur une entreprise épique !

Arrow Le topic du film : http://king-kong.fansforum.info/t7-King-Kong-2005.htm

Exclamation NOTE : La page peut mettre un certain temps à s'afficher !



UN RÊVE DE GOSSE

C'est au tout début des années 70 que Peter Jackson découvre à la télévision King Kong, le film original réalisé par Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper en 1933. « J'avais 8 ou 9 ans », explique le réalisateur néo-zélandais. « Lorsque j'ai vu ce film, j'ai été transporté dans un autre univers (…) C'était un merveilleux mélange d'évasion et d'aventure, de mystère et de romance ».

Impressionné par ce classique du cinéma Hollywoodien, il tente alors de tourner quelques bouts d'images en Super 8 à l'aide d'une maquette de l'Empire State Building et d'une marionnette confectionnée à partir d'un vieux manteau en fourrure. Budget ridicule, moyens dérisoires; mais déjà le bonhomme développe un intérêt profond pour le 7ème Art.



Puis débarque sur les écrans le remake de King Kong réalisé par John Guillermin, avec Jessica Lange et Jeff Bridges. Pour Peter Jackson, alors âgé d'une quinzaine d'années, tout ce qui fait la force et la magie du film original est absent. Déçu par cette version produite par le nabab italien Dino De Laurentiis et Paramount; il dira bien des années plus tard qu'il se sentait obligé de faire une nouvelle adaptation « pour rattraper cette version foireuse des années 70 ».


PREMIÈRE TENTATIVE

C'est en 1996 - après avoir fait ses preuves en tant que réalisateur avec des œuvres horrifiques comme Bad Taste ou Heavenly Creatures – que Peter Jackson se voit proposer par Universal Pictures de mettre en scène un nouveau King Kong. En pleine production de The Frighteners (Fantômes contre fantômes), Jackson et sa compagne Frances Walsh rédigent un scénario fortement basé sur les « Pulp » à la manière des Indiana Jones de Spielberg. Il y est question d'un vétéran de la Première Guerre Mondiale, Jack Driscoll, qui se retrouve entraîné dans une mission périlleuse pour retrouver Ann Darrow, une jeune archéologue kidnappée par un gorille monstrueux, divinité d'un culte barbare sur une île perdue.





Une intrigue à la fois familière et différente, conçue pour « un film d'aventure au second degré, très hollywoodien, plein de gags, de punchlines », comme l'expliquera le réalisateur. Une sorte d'hommage démesuré au genre, dans lequel il fourre tous ses fantasmes. L'équipe de Weta Workshop, sous la direction de Richard Taylor, commence à travailler sur des illustrations, des maquettes, des marionnettes ainsi que des animatroniques pour la main grandeur nature du monstre. Enthousiaste, Universal engage Robert Zemeckis comme producteur exécutif et annonce une sortie pour l’été 1998.

Mais finalement, coincé entre le Godzilla de Roland Emmerich et le remake de Mon Amie Joe de Ron Underwood, King Kong de Peter Jackson n'aboutira pas. « Ce fut vraiment un période douloureuse », se souvient Richard Taylor. « On considérait vraiment ce film comme si on avait décroché le Saint Graal ».

Toute l'équipe du projet avorté quitte alors les jungles brumeuses de Skull Island pour la Terre du Milieu...

Arrow Les projets avortés de King Kong (rédigé par SKULL.ISLAND): http://king-kong.fansforum.info/t229-LES-PROJETS-AVORTES.htm?start=30


RETOUR AUX SOURCES

7 ans plus tard, après l'immense succès de la trilogie du Seigneur des Anneaux (17 Oscars sur 29 nominations et 3 milliards de dollars de recettes), et désormais fort de son expérience en matière de blockbusters épiques, Jackson se penche à nouveau sur une nouvelle version de King Kong. Universal Pictures accepte de ressortir le projet des placards et annonce une sortie mondiale sur les écrans pour Décembre 2005.



Jackson abandonne le scénario de sa précédente version - largement pillé par des blockbusters comme La Momie et Jurassic Park III – et désire désormais faire un remake fidèle du classique de 1933, ce film qui l'a tant impressionné dans sa jeunesse. Il fait de nouveau appel à ses collaboratrices Frances Walsh et Philippa Boyens. Ensemble, ils se basent sur le script original de Schoedsack et Cooper, mais aussi sur la novélisation de Delos W. Lovelace parue en 1932. Retour aux sources, donc. Dans le New York de la Grande Dépression, Ann Darrow, une jeune comédienne au chômage, obtient un rôle dans la prochaine superproduction de Carl Denham, un cinéaste qui cherche à atteindre la mythique Skull Island après être entré en possession d'une vieille carte...

Cette version n'est pas pour autant un copié-collé du film de 33. Des personnages disparaissent ou sont refaçonnés (Jack Driscoll œuvre désormais pour le théâtre), d'autres font leur apparition (Preston, Herb, Mike, Hayes, Lumpy et Jimmy). La traversée à bord du navire est considérablement rallongée, ce qui permet d'approfondir les motivations de chaque protagoniste. Le point central de l'intrigue est une critique assez virulente du capitaliste américain à travers le personnage de Denham, un roublard égoïste et infatigable qui manipule son petit monde pour obtenir fortune et gloire. Un zéro qui se croit héros, et qui représente également le désir de l'humanité de démystifier et de détruire la Nature.



Les scénaristes réinventent la thématique originale de la « Belle et la Bête ». À la tension sexuelle et les séquences d'effeuillages du film original; ils préfèrent la joie partagée, les rires, et la sympathie. Kong est un monstre solitaire et défiguré, Ann ne trouve plus sa place dans une société rongée par la dépression économique. La bête se retrouve inévitablement mitrailée au sommet de l'Empire State Building, tour d'acier et de verre, symbole de la domination des hommes...Philippa Boyens reconnaît avoir été influencée dans ce remaniement romantique par « Le Bossu de Notre-Dame » de Victor Hugo, où le grotesque Quasimodo et la belle paria Esméralda se retrouvent au sommet de la cathédrale pour échapper à un monde dans lequel il n'ont pas leur place.

« Le gorille est le véritable héros dans cette histoire », explique le directeur de la photographie Andrew Lesnie. « Il a une sensibilité et un courage que les personnages humains ne possèdent pas (…) Sa capture et sa destruction nous montrent que notre notion de civilisation n'est qu'un mince vernis ».


CONCEVOIR UN MONDE PERDU


« On pouvait encore croire dans les années 30 qu'il y avait quelque part une île perdue au milieu de l'océan,
une minuscule terra incognita qui aurait échappé à la vigilance des cartographes (...) ».


L'apparence de Kong, « la huitième merveille du monde », passe par divers stades de développement. Ce n'est plus un fier monstre anthropoïde mais un vieux dos-argenté balafré, acariâtre et fou de solitude.






Andy Serkis va prêter sa gestuelle et ses expressions faciales au gorille géant grâce au procédé de la Motion Capture, qui a largement fait ses preuves avec le personnage de Gollum dans le Seigneur des Anneaux. Afin de mettre du cœur à son interprétation simiesque, l'acteur s'envole pour le Rwanda - à l'insu de la production - pour observer les primates dans leur milieu naturel. Il tiendra également le rôle de Lumpy, le cuisinier grognon.





Skull Island est également peuplée par des dinosaures, des insectes géants, des poissons carnivores et autres créatures redoutables. Inspirés par l'œuvre de Dougal Dixon sur l’Évolution alternative, les artistes de Weta imaginent tout un écosystème préhistorique ayant suivi sa propre voie depuis le Mésozoïque jusqu'au XXe siècle. Toutes les espèces animales se sont adaptées avec le temps au caractère isolé et accidenté de cette île de cauchemar.









L'île abrite également un village indigène, bâti sur les ruines d'une civilisation antique, qu'il a fallu créer à partir de véritables trouvailles archéologiques indonésiennes comme Nan Madol.









TOURNAGE ET POST-PRODUCTION

Le projet prend forme. Le budget est estimé à 150, puis à 207 millions de dollars. Peter Jackson s'entoure d'un casting hétéroclite comme Naomi Watts, Jack Black, Adrien Brody, Colin Hanks, Jamie Bell, Evan Parke, Kyle Chandler, ou encore Thomas Kretschmann.

Arrow Promo de Naomi Watts (Ann Darrow) : http://king-kong.fansforum.info/t359-Photos-Promo-ANN-DARROW-NAOMI-WATTS.htm



Fay Wray, qui tenait le rôle de Ann Darrow dans le film original de 1933, donne son accord pour faire un caméo. Jackson tient à lui donner la célèbre réplique finale, "It was beauty killed the beast", à la vue de la dépouille de Kong abattu par les avions de l'armée. « Nous avons eu une nuit fantastique à New York », se remémore Naomi Watts. « Un homme du nom de Rick McKay a organisé un petit dîner et Peter était clairement amoureux de cette femme depuis son enfance. Il a parlé avec elle et lui a dit qu'il faisait ce film et combien cela signifiait pour lui, et comment il l'a inspiré à devenir un cinéaste (…) Avant de nous quitter, elle a chuchoté à mon oreille "Ann Darrow est entre de bonnes mains". Une sorte de permission, de transmission de flambeau en quelque sorte... »

Fay Wray s'éteindra malheureusement un mois avant le début des premières prises de vue, à l'âge de 96 ans.

Dans la baie de Wellington, des plateaux gigantesques sont dressés pour permettre d'accueillir les immenses décors de l'île (le mur du village indigène atteint les 15 mètres de hauteur); un cargo grandeur nature sur lequel on déverse des tonnes d'eau pour simuler une tempête; ainsi que tout une avenue du New York des années 30. Jackson jubile. C'est un rêve de longue date qui prend enfin forme. Il tient à ce que les fans puissent suivre chaque semaine sur Internet des « journaux de production » (Production Diaries) de 3-4 minutes dévoilant les coulisses. Les quelques 1300 techniciens et les comédiens se prêtent au jeu dans la bonne humeur.







Joe Letteri, qui a fait ses preuves sur des long-métrages cultes comme Abyss et Jurassic Park, se souvient de la reconstitution de New York : « C'est comme un film historique, il a fallu que nous soyons le plus précis possible. Une grande partie de la ville a changé depuis, on a fait énormément de recherches sur ce à quoi elle devait ressembler (...) On a même retrouvé les plans d'époque, ce qui nous a permis de reproduire l'Empire State Building à l'identique, section par section. »





Le tournage terminé, le film entre dans une période de post-production qui va durer pratiquement huit mois. Le nombre de trucages numériques dépasse le millier de plans. L'apparence de Kong change encore et encore. La modélisation de New York pour la grande bataille aérienne avec une vue d'ensemble et plongeante comprend plus de 90 000 buildings, et il ne reste que très peu de temps aux artistes de Weta pour tout fignoler. Le budget a été dépassé de plus de 30 millions de dollars. De son côté, James Newton Howard travaille d'arrache-pied pour composer la musique du film après le désistement d'Howard Shore (officiellement pour « différend artistique » avec Peter Jackson). En parallèle, Ubisoft Montpellier et Montréal travaillent sur l'adaptation du film en jeu vidéo, sobrement intitulée Peter Jackson's King Kong : The Official Game of the Movie.

Arrow Soluce Peter Jackson's King Kong : http://king-kong.fansforum.info/t317-Peter-Jackson-s-King-Kong-LA-SOLUTION-COMPLETE.htm

Lors de la seule première journée, plus de 100 millions d'internautes téléchargent la première bande annonce.





La première de King Kong se déroule le 5 décembre à New York. Beaucoup de spectateurs déploreront les longueurs abominables avant d'atteindre l'île, la surenchère dans les effets spéciaux (la charge des brontosaures, le combat entre Kong et les V-rex, la séquence des insectes); mais globalement, les avis sont très positifs et les recettes s'élèvent bientôt à plus de 500 millions de dollars. Roger Ebert, le grand critique de cinéma, donne une note de 4/5 et classe King Kong parmi les meilleurs films de l'année 2005.


George Lucas, Andy Serkis, Rick Baker (avec la marionnette originale du Kong de 1933) et Peter Jackson.


En France, les critiques Presse et spectateurs sont très favorables. « Si vous doutez qu'un tas de pixels puisse vous arracher des larmes, voilà une belle raison d'avoir tort », note le magazine Première. Pour Mad Movies, « King Kong s'impose finalement comme le plus beau et le plus émouvant film d'aventures vu sur un écran depuis belle lurette ». Les Inrocks saluent « un spectacle cinématographique total », susceptible « de fédérer petits et grands, cinéphages et cinéphiles, spectateurs du samedi soir et maniaques du joystick, historiens du septième art et mangeurs de popcorn, et tous ceux qui sont tout cela à la fois. Pour Le Monde, Peter Jackson « convoque toute la puissance de ses ordinateurs pour faire renaître l'envoûtement qui l'a saisi jadis, à la première vision du vieux King Kong. Une dernière fois, cette masse de pixels et de chair est traversée par un éclair d'inspiration».

King Kong reçoit 3 Oscars (effets spéciaux, mixage sonore, et meilleur son) et se voit nommé à celui de la meilleure direction artistique. La bande-originale de James Newton Howard remporte un Golden Globe Award.

Le travail colossal des studios Weta pour donner vie à la faune de Skull Island est regroupé dans un livre, The World of Kong: A Natural History of Skull Island, publié chez Pocket Books Hardcover.



LES MEILLEURS SUPPORTS

/ Le journal du tournage (213 minutes)



DVD 1 : Introduction de Peter Jackson (5mn34), 31 journaux de production de septembre à décembre 2004 (113mn), une journée au zoo (inédit, chapitrage, 1ère page de décembre, aller en dessous du "Production Day 68" – 3mn44).

DVD 2 : 21 journaux de production de janvier à avril 2005 (100mn), journal de production inédit : le combat entre King Kong et le T-Rex (16mn29), générique avec séquences additionnelles tournées par Andy Serkis (6mn15).


/ King Kong - Édition Collector (180 minutes)



DVD 1 : Le film (version cinéma), NYC - Si seulement vous y étiez... (1mn05).

DVD 2 : Introduction de Peter Jackson (3mn48), Journal de tournage : suivez Peter Jackson pendant 35 jours dans les coulisses de la production du film d'avril à décembre 2005 (151mn30), Skull Island : une histoire naturelle (17mn), Kong's New York 1933 (28mn23).


/ King Kong - Version longue Edition Deluxe (193 minutes)



13 minutes de scènes supplémentaires.

DVD 1 : Le film version longue 1ère partie, commentaire audio de Peter Jackson et Philipa Boyens 1ère partie, 16 scènes inédites (37mn).

DVD 2 : Film version longue 2ème partie, commentaire audio de Peter Jackson et Philipa Boyens 2ème partie, Hommage à King Kong, Une nuit au Vaudeville.

DVD 3 : Introduction de Peter Jackson, Les origines de King Kong, Pré-production 1ère partie 1 : le retour du Kong, Pré-production 2ème partie : compte à rebours avant tournage, Le voyage du Venture, Retour à Skull Island, Pré-visualisation des effets animatiques de l'arrivée à Skull Island, New York/Nouvelle Zélande, Création du personnage de King Kong : design et recherche, Création du personnage de King Kong : acteurs et animation, Galerie photo du projet King Kong 1996, Galerie photo du Venture, Galerie photo de Skull Island et de New York.


FICHE TECHNIQUE

Titre original : King Kong.
De : Peter Jackson
Durée : 187 min (Theatrical version - Standard), 200 min (Extended - Version Longue)

Scénario: Peter Jackson, Fran Walsh et Philippa Boyens, d'après une histoire de Merian C. Cooper et Edgar Wallace.
Production : Jan Blenkin, Carolynne Cunningham, Peter Jackson et Fran Walsh.
Société de production : Universal Pictures
Budget initial : 207 millions de dollars
Musique : James Newton Howard
Photographie : Andrew Lesnie Montage : Jamie Selkirk
Décors : Grant Major Costumes : Terry Ryan
Casting : Naomi Watts (Ann Darrow), Jack Black (Carl Denham), Adrien Brody (Jack Driscoll), Andy Serkis (King Kong/Lumpy), Jamie Bell (Jimmy),Kyle Chandler (Bruce Baxter), Lobo Chan (Choy), Thomas Kretschmann (Englehorn), Evan Parke (Hayes)...Dates de sortie : 13 Décembre 2005 (US), 14 Décembre 2005 (France)



Dernière édition par Admin le 11/05/2016, 07:56; édité 13 fois
Revenir en haut
Pijalk
Tyrannosaure

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 934
Localisation: Allier
Point(s): 934
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: 25/11/2015, 15:55    Sujet du message: King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans Répondre en citant

Très très chouette dossier qui rend bien hommage au film de Peter Jackson, qui n'a pas la prétention de détrôner l'original mais qui lui fait admirablement honneur. Je rédigerai certainement une critique personnelle sur le film un jour.
Très belle initiative que ce très beau dossier d'anniversaire. Merci et bravo Admin !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 712
Localisation: Skull Island
Point(s): 634
Moyenne de points: 0,89

MessagePosté le: 25/11/2015, 17:19    Sujet du message: King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans Répondre en citant

POSTERS ET AFFICHES






TV SPOTS (2005)







Dernière édition par Admin le 28/11/2015, 11:57; édité 1 fois
Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 712
Localisation: Skull Island
Point(s): 634
Moyenne de points: 0,89

MessagePosté le: 28/11/2015, 11:53    Sujet du message: King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans Répondre en citant

PHOTOS DE TOURNAGE + PREMIÈRE
























Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:09    Sujet du message: King Kong 2005 - Dossier spécial 10 ans

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    King Kong Index du Forum -> LE VILLAGE INDIGENE : L'UNIVERS DE KING KONG -> King Kong Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation